Nagnalen Barry, nouveau ministre de l’agriculture s’engage : « nous irons dans les champs avant de prendre toute décision en faveur de nos populations »

Le nouveau ministre guinéen de l’agriculture et de l’élevage, Mamoudou Nagnalen Barry, a pris fonction ce lundi, 1er novembre 2021, à Conakry. Il a été nommé vendredi dernier par un décret du président de la transition, le colonel Mamadi Doumbouya, pour diriger cet important département ministériel. La cérémonie de son installation à ses nouvelles fonctions a été présidée par le secrétaire général du gouvernement, en présence de plusieurs cadres et partenaires du ministère de l’agriculture et de l’élevage. Mamoudou Nagnalen Barry a mis cette cérémonie à profit pour décliner quelques axes de sa mission et inviter ses nouveaux collaborateurs au travail pour impulser une nouvelle dynamique au secteur de l’agriculture et de l’élevage, rapporte Guineematin.com à travers un de ses journalistes.

Dans son discours de circonstance, le nouveau patron du département de l’agriculture et de l’élevage a tout d’abord exprimé sa gratitude au chef de l’Etat pour le choix porté sur lui pour conduire désormais les destinées de cet important ministère. Mamoudou Nagnalen Barry s’est ensuite engagé à travailler pour le bien-être des agriculteurs guinéens. Et, dans cette dynamique, il a tenu à préciser que sa mission à la tête de ce département ne sera pas de réinventer une houe du cultivateur, en dépit des nombreux défis qui l’attendent. Car, il assure que le développement durable de la Guinée passe indéniablement par la prise de conscience et le choix de faire de l’agriculture le référentiel de la Guinée de demain.

« Je sais que les défis sont nombreux, mais notre mission dans ce département ne sera pas celle de réinventer la houe du cultivateur. Nous venons dans ce département pour y déployer toute notre énergie en vue de mettre en œuvre, de façon pragmatique, les différentes priorités des politiques publiques, améliorer la mise en œuvre des programmes et projets existant dans le secteur de l’agriculture et de l’élevage et redonner à ce secteur le prestige qu’il mérite. Nous savons tous ce qui manque à notre pays pour atteindre l’autosuffisance alimentaire. Bien que la nature nous ait doté des potentialités agricoles énormes, nous peinons encore à les valoriser pour nous nourrir de ce que nous produisons. Le véritable développement durable de notre pays passera indéniablement par la prise de conscience et le choix politique de faire de l’agriculture et de l’élevage le référentiel de la Guinée de demain. Pour ce faire, nous devons mobiliser toutes les intelligences, toutes les ingénieries et tous les moyens nécessaires pour faire de l’agriculture et de l’élevage la colonne vertébrale de notre économie. La Guinée doit être un pays agricole avant de devenir un pays minier », a dit Mamoudou Nagnalen Barry.

Pour y arriver, le nouveau parton de l’agriculture et de l’élevage souhaite mobiliser les ressources humaines et foncières nécessaires pour lancer véritablement ce secteur. Il promet qu’aucune décision concernant les paysans ne sera prise avant d’être sur le terrain et s’enquérir de la situation des personnes concernées.

Mamoudou Gnalen Barry

« Pour accomplir la mission que le président Mamadi Doumbouya me confie sous la conduite du Premier Ministre Mohamed Beavogui, nous irons dans les champs, les fermes et les enclos avant de prendre toute décision en faveur de nos braves populations. Nous seront sur le terrain pour nous assurer que les ressources mobilisées pour soutenir nos paysans sont utilisées de façon vertueuse et efficiente en mettant fin aux pratiques de détournement et de spéculation des prix des intrants observés par endroit. Les nouvelles technologies seront mises à profit pour atteindre cet objectif de transparence totale par la numérisation de la chaîne de distribution et le déploiement d’un système de suivi publique. Notre département doit répondre aux besoins basiques de l’agriculteur de N’Zérékoré, du planteur d’ignames à Kankan, de la femme qui cultive la pomme de terre à Mamou ou de celle qui exploite son jardin potager à Kindia. Les populations paysannes constituent la première priorité du président de la transition et nous ferons tout ce que nous pourrons pour les satisfaire », a indiqué Mamoudou Nagnalen Barry.

Pour ce jeune ministre qui se présente comme un « fils de paysan », il n’est pas impossible de changer ou de diversifier l’alimentation de base des guinéens. Il croit qu’en travaillant de façon intelligente et progressive, on arrivera à modifier les habitudes alimentaires des populations pour qu’elles consomment essentiellement ce que qu’elles produisent. C’est pourquoi, le nouveau ministre de l’agriculture a invité les hommes d’affaires du pays et entrepreneurs « à avoir un regard intelligent sur ce secteur, à l’image des autres pays qui ont compris que l’agriculture intégrée, l’agrobusiness de façon générale est un levier certain pour la création d’une véritable classe moyenne ».

Le ministre Mamoudou Nagnalen Barry ambitionne de faire du secteur agricole un secteur attractif à l’image du secteur minier guinéen.

« Notre ambition est de voir des agriculteurs nantis, qui construisent des étages dans les quartiers de Conakry et dans les différentes villes du pays, afin que ce secteur devienne aussi attractif que les mines et les finances. Comme vous le savez, les productions animales et végétales sont complémentaires et concurrent ensemble à la sécurité alimentaire et nutritionnelle de nos populations. Une bonne partie de notre mission sera également d’organiser et moderniser le travail du département et ses services rattachés et favoriser la mécanisation du secteur agricole et de l’élevage afin que nous partions vers la transformation de ce que nous cultivons pour une consommation locale assurée, de contrôler efficacement l’utilisation des intrants pour produire des aliments sains, de renforcer les capacités de production et surtout la diversification des espèces animales, de développer la chaîne des valeurs en bétail afin de réduire le coût de la viande et du lait dans nos marchés, d’aménager les pleines non-explorées et d’exploiter judicieusement celles déjà aménagées, de faciliter l’accès aux marchés agricoles reculés afin de réduire les souffrances de nos sœurs et frères qui fournissent nos différents grands marchés en denrées alimentaires et d’appuyer les filières d’exportation des produits agricoles », a expliqué Nagnalen Barry.

Pour réussir à atteindre les objectifs fixés, le nouveau ministre de l’agriculture invite à « l’exemplarité » tous les acteurs intervenants dans ce secteur porteur de croissance et pourvoyeur d’emploi.

« Tout ceci peut être possible par l’implication de tous, la mobilisation de ressources supplémentaires, l’amélioration du taux d’abstention du financement extérieur dans le secteur agricole, mais aussi par la bonne gestion des ressources  matérielles et financières. Je voudrais rappeler que la moralisation de la gestion publique est une des priorités du chef de l’État et de son Premier ministre. La transparence, la rigueur, la probité, l’intégrité, en somme l’exemplarité sont des valeurs qui doivent animer chacun de nous pour que nous sortions de cette transition avec des valeurs républicaines définitivement ancrés dans nos administrations publiques », a conclu Mamoudou Nagnalen Barry.

Mamadou Yaya Diallo pour Guineematin.com

Tel: 622 67 36 81

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS