Sept représentants de la société civile au CNT ? « C’est le président de la transition qui a le dernier mot », dit Sékou Doré du RAJGUI

Colonel Mamadi Doumbouya, président de la Transition

Quelles sont les personnes qui vont représenter les organisations de la société au sein du Conseil National de Transition (CNT) ? La question taraude les esprits depuis quelque temps en Guinée. Car, depuis la publication de la charte de la transition qui donne un quota de sept (7) places aux faîtières des organisations de la société civile au CNT, les structures concernées ont tenu plusieurs réunions pour tenter de trouver un consensus. Mais, apparemment, les tractations continuent encore et ces organisations sont loin de trouver un terrain d’entente. En tout cas, aucun nom n’a filtré pour le moment.

Cependant, dans un entretien accordé à Guineematin.com ce mardi, 02 novembre 2021, le coordinateur national du réseau africain jeunesse de Guinée (RAJGUI), Sékou Doré, a déclaré que « des noms et des dossiers » ont déjà été proposés et le reste est suspendu aux lèvres du président de la transition, le colonel Mamadi Doumbouya. Et, il promet qu’il y aura de la surprise.

Sékou Doré, coordinateur national de RAJGUI

« Quand nous avons appris la nouvelle, aussitôt une réunion a été convoquée pour d’abord mettre sur la table le pour et le contre s’il faut aller étant donné que c’est une contribution pour la nation, on s’est dit qu’il faut aller pour répondre à l’appel de la nation. C’est notre raison d’être en tant que société civile, on ne peut défendre le peuple que lorsqu’on est présent au niveau l’hémicycle pour faire passer des lois en faveur du peuple, les décisions prises ont été prises de façon collégiale. Parmi les critères, nous avons insisté sur la disponibilité. Quelle que soit ta compétence, si tu n’es pas disponible, c’est inutile. C’est un débat de haut niveau, il s’agit là de choisir des personnes capables de faire des consultations, capables de convaincre et qui savent négocier. La société civile à 7 places sur 81. Ce qui veut dire que nos décisions ne pourront pas passer si nous ne parvenons pas à convaincre les autres qui sont au CNT. Pour ce faire, il faut choisir des personnes capables de négocier sans oublier la question d’équité et du genre qui est une exigence de la charte de la transition… On attend, dans les jours à venir, il y aura des surprises. Nous, on a proposé des noms avec leurs dossiers ; maintenant, c’est le président de la transition qui a le dernier mot », a déclaré Sékou Doré.

Amadou Lama Diallo pour Guineematin.com

Tel : 669681561

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS