Aliou Barry sur les officiers tués sous Sékou Touré : « c’était un mécanisme pour décimer l’élite de l’armée guinéenne »

Aliou Barry, chercheur et activiste des droits humains

« A partir de 1963, quand il y a eu le coup d’Etat qui a renversé Sylvanus Olympio au Togo, le coup d’Etat du Ghana en 1966 et du Mali en 1968, Sékou Touré a commencé à se méfier de l’armée pour éviter qu’il y ait un coup d’Etat. Il a orchestré une purge qui a décimé toute l’élite de l’armée guinéenne ».

A la faveur d’une conférence de presse organisée ce mercredi, 3 novembre 2021, par l’Association des Victimes du Camp Boiro (A.V.C.B) avec comme thème : « Les principaux créateurs de l’armée ensevelis dans les fosses communes », Aliou Barry, chercheur et activiste guinéen des Droits de l’homme, a révélé ce qui a été l’origine de la purge contre de nombreux officiers de l’armée guinéenne sous le régime Sékou Touré (le premier président de la République de Guinée). Il assure que c’est la peur bleue, teintée de paranoïa d’un coup d’Etat militaire qui a conduit Sékou Touré à décimer l’élite de l’armée guinéenne.

Selon Aliou Barry, pour se débarrasser en douce des officiers militaires, le président-révolutionnaire préparait lui-même des coups d’État pour finalement les attribuer à des officiers qu’il craignait. Et, de cette manière, il lui devenait très facile de les exhiber devant le peuple pour les accuser de toutes sortes d’ignominies et les envoyer à la mort.

« A partir de 1963, quand il y a eu le coup d’Etat qui a renversé Sylvanus Olympio au Togo, le coup d’Etat au Ghana en 1966 et au Mali en 1968, Sékou Touré a commencé à se méfier de l’armée pour éviter qu’il y ait un coup d’Etat. Il a orchestré une purge qui a décimé toute l’élite de l’armée guinéenne. À l’époque, la technique était très simple : ils montaient un coup d’Etat. En 1969 par exemple, il y a eu le coup d’Etat Kaman-Fodéba (Fodéba étant l’un des créateurs de l’armée guinéenne et surtout il était connu pour avoir mis en place les ballets africains. Il a financé longtemps le PDG et il a été le tout premier ministre de la défense. Mais, il a été accusé de vouloir faire une tentative de coup d’Etat). Sékou Touré a profité de l’occasion et ils ont arrêté une quarantaine d’officiers qui ont été fusillés aux pieds du mont Gangan et du mont Kakoulima. C’était une mécanique de complot pour décimer l’armée et éviter qu’elle ne fasse un coup d’Etat comme ce fut le cas dans les autres pays », a expliqué Aliou Barry.

A rappeler que c’est le lundi dernier, 1er novembre 2021, que l’armée guinéenne a célébré l’an 63 de sa création. Et, à cette occasion, une stèle en mémoire du colonel Kaman Diaby et Cie a été inaugurée aux pieds du mont Kakoulima à Kindiadi (dans la préfecture de Dubréka) par les autorités actuelles de la Guinée (le CNRD).

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS