Meurtre de Nfamba Sacko à Mandiana : « je l’ai poussé et il est tombé dans un puits rempli d’eau », avoue Amara Doumbouya

Compagnie de la Gendarmerie de Mandiana


En détention depuis plus de deux semaines à la gendarmerie de Mandiana, Amara Doumbouya s’est enfin confessé sur la disparition de son ami, Nfamba Sacko, à Kanifada (un district relevant de la sous-préfecture de Koundjan, dans la préfecture de Mandiana). Devant la presse hier, mercredi 03 novembre 2021, il a déclaré avoir poussé et abandonné Nfamba Sacko dans un puits rempli d’eau. D’ailleurs, il a conduit les gendarmes jusqu’à ce puits où le corps sans vie et en putréfaction de Nfamba Sacko a été retrouvé et sorti de l’eau.

Selon les informations confiées à Guineematin.com, Amara Doumbouya (originaire du district de Kanifada) et Nfamba Sacko (originaire du district de Cieimana) étaient des amis qui se faisaient confiance et qui travaillaient ensemble depuis au moins 2 ans dans différentes mines d’or de la préfecture de Mandiana. Mais, le samedi dernier, 15 octobre 2021, tout a basculé quand Amara Doumbouya est venu à Cieimana pour inviter Nfamba Sacko à partir avec lui à Kanifada pour y extraire de l’or dans une ancienne mine interdite de toute activité d’exploitation d’or. Ils ont attendu qu’il fasse nuit pour emprunter la route de ladite mine à bord de la moto de Nfamba Sacko. Mais, une fois dans la mine, Nfamba Sacko a compris que le lieu est interdit d’exploitation ; et, immédiatement, il a voulu quitter la mine pour rentrer. Malheureusement, cela n’a pas été du goût de Amara Doumbouya. Et, pour étancher sa colère, il a poussé Nfamba Sacko dans un puits rempli d’eau, pour ensuite s’enfuir avec sa moto. C’est quatre jours plus tard qu’il sera arrêté à Djilengbe (un district de la sous-préfecture de Kondjanakoro) par le jeune frère de Nfamba Sacko. Il détenait toujours la moto de sa victime ; et, c’est avec elle qu’il a été mis à la disposition du poste de gendarmerie de Koundjan.

Cependant, interrogé sur place par les gendarmes, Amara Doumbouya a refusé d’avouer son crime. Mais, il a tout de même été placé en détention provisoire. Et, samedi dernier, la population de Koundjan s’est révoltée contre lui, les gens sont allés se regrouper devant le poste de gendarmerie pour réclamer sa tête. Il a fallu une intervention rapide de la gendarmerie de Mandiana pour éviter le pire et extirper Amara Doumbouya de la foule en colère et le conduire à Mandiana-centre.

Mais, apparemment, frôler la mort lui a ravivé la mémoire et l’a aidé à se décider à avouer son crime. C’est ainsi que dans la journée d’hier, mercredi 03 novembre 2021, il s’est confessé.

« On était parti à la recherche de l’or dans une ancienne mine où le propriétaire n’accepte plus que les gens y travaillent. Mais, arrivé là-bas, mon ami (Nfamba Sacko) ne voulait pas rester, parce qu’il avait commencé à douter. Quand il a voulu rebrousser chemin, je l’ai poussé et il est tombé dans un puits rempli d’eau. Ensuite, j’ai pris sa moto pour m’enfuir. C’est le 4ème jour que son jeune frère m’a arrêté à Djilengbe et m’a ligoté pour m’amener à Koundjan », a déclaré Amara Doumbouya devant la presse.

Après avoir avoué sa forfaiture, Amara Doumbouya a conduit les gendarmes sur le lieu où il avait poussé son ami dans le puits. Ils y sont arrivés aux environs de 2 heures ; et, le corps sans vie de Nfamba Sacko s’y trouvait encore. Il était en état de décomposition très avancé. Mais, il a été remonté de l’eau et transporté à Mandiana-centre par les gendarmes.

Aux dernières nouvelles, Amara Doumbouya aurait été transféré à la maison centrale de Kankan où il va séjourner désormais, en attendant l’ouverture de son procès dans cette affaire de meurtre.

De Mandiana, Mamady Konoma Keïta pour Guineematin.com

Tel : 00224 625 81 03 26

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS