Evasion du prisonnier Abass Camara à Ignace Deen : 2 gardes pénitentiaires condamnés au TPI de Dixinn

Poursuivis pour « complicité d’évasion » de prisonnier, Moussa Doumbouya et Abdoulaye Madjariou Diakité (tous deux gardes pénitentiaires) ont comparu, jeudi dernier, 04 novembre 2021, devant le tribunal correctionnel de Dixinn. Ils ont tous plaidé non couple des faits qui leur sont reprochés devant cette juridiction de première instance. Mais, au terme des débats, le tribunal les a déclarés coupables et les a condamnés chacun à un an de prison assortie de sursis, rapporte Guineematin.com à travers un de ses journalistes.

Dans cette affaire, les gardes pénitentiaires Moussa Doumbouya et Abdoulaye Madjariou Diakité sont accusés d’avoir « aidé et assisté en pleine connaissance de cause » le détenu Aboubacar Abass Camara alias ‘’Balakoroba’’ dans son évasion de prison. C’était au mois de septembre dernier à l’hôpital Ignace Deen. Et, selon l’accusation, Aboubacar Abass Camara est un bandit de grand chemin qui était incarcéré à la maison centrale de Conakry pour « association de malfaiteurs, vol à main armée et assassinat ». Il est également cité dans beaucoup d’autres dossiers criminels. Il a été évacué à l’hôpital Ignace Deen à cause d’une Tuberculose qui le faisait souffrir. Et, pour la circonstance, il a été accompagné par deux gardes pénitentiaires (Moussa Doumbouya et Abdoulaye Madjariou Diakité) chargés de veiller sur lui.

Seulement, c’est dans cet hôpital qu’il va réussir, quelques plus tard, à s’évader et à s’évaporer dans la nature. Les gardes chargés de veiller sur lui ont tout de suite été soupçonnés d’être complices de cette évasion. Et, ils ont finalement été arrêtés, placés sous mandat de dépôt et jetés en prison pour « complicité d’évasion de prisonnier ». Leur procès s’est ouvert ce jeudi devant le tribunal correctionnel de Dixinn. Et, à la barre, tous les deux prévenus ont plaidé non coupable. Ils ont rejeté la responsabilité de l’évasion de ‘’Balakoroba’’ sur leur hiérarchie qu’ils accusent d’avoir trainé le pas pour répondre à leur appel pour ramener le détenu en prison.

« On l’a conduit à l’hôpital sans menottes et sans bavettes. Ce jour, nous sommes arrivés à 11 heures à l’hôpital. Dès qu’on est arrivé, il (Aboubacar Abass Camara) s’est bagarré avec sa femme dans le bureau du médecin. Nous avons informé notre hiérarchie à la maison centrale de cet incident. Ainsi, le médecin a fait un papier pour qu’on ramène Abass à la maison centrale. On est resté de 14 heures à 6 heures du matin à attendre l’ambulance, en vain. Au petit matin, le courant est parti. Mon collègue Moussa est resté au niveau de la fenêtre et moi au seuil de la porte. C’est ainsi qu’il a profité de l’obscurité pour s’évader. On a informé notre hiérarchie ; et, ils nous ont mis en prison. Mais, nous ne sommes pas impliqués dans cette affaire. C’est vraiment regrettable qu’ils nous chargent d’assurer la surveillance d’un criminel sans menottes », a expliqué Abdoulaye Madjariou Diakité.

De son côté, Moussa Doumbouya a juré que ce n’est un manque d’expérience ou une négligence de lui part qui a conduit à l’évasion du prisonnier qui était sous leur surveillance. Et, pour illustrer son propos, il a fait savoir au tribunal que depuis 18 ans il assure la surveillance et la sécurité de prisonniers ; mais, il n’avait jamais enregistré un cas d’évasion.

« J’ai plusieurs fois conduits des prisonniers à l’hôpital, mais c’est la première fois que quelqu’un s’évade. On attendait l’ambulance et il (Aboubacar Abass Camara) a profité de l’obscurité pour s’évader », a-t-il déclaré.

Cependant, les arguments des deux prévenus n’ont pas convaincu le ministère public. Et, dans ses réquisitions, le procureur audiencier, Daouda Diomandé, a demandé au tribunal de retenir Moussa Doumbouya et Abdoulaye Madjariou Diakité dans les liens de la prévention et de les condamner à un an de prison assortie de sursis.

« Vous étiez chargé d’assurer la garde de l’accusé à l’hôpital qu’il y ait coupure de courant ou pas. C’est lui qui s’est évadé est cité dans beaucoup de dossiers criminels. Vous étiez soumis à sa garde, mais vous n’avez pas joué votre rôle. Quand le courant est parti, il fallait être à côté de lui.  Les faits de complicité d’évasion sont établis. C’est pourquoi le ministère public requiert de les retenir dans les liens de prévention de complicité d’évasion et de les condamner chacun à un an d’emprisonnement avec sursis », a requis Daouda Diomandé.

De son côté, Me Paul Lazard G’Billimou, avocat de la défense, a demandé au tribunal de « renvoyer les prévenus des fins de la poursuite pour délit non constitué à leur encontre ». Mais, dans son délibéré, le tribunal a condamné Moussa Doumbouya et Abdoulaye Madjariou Diakité à un an de prison assortie de sursis.

A noter que Moussa Doumbouya et Abdoulaye Madjariou Diakité sont en prison depuis le 21 septembre 2021, date à laquelle ils ont été placés sous mandat de dépôt.

Saïdou Hady Diallo pour Guineematin.com

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS