Grogne à l’Université de Sonfonia : « nous demandons une audience avec le président »

Un groupe d’étudiants a manifesté ce mardi, 09 novembre 2021, à l’Université Général Lansana Conté (UGLC) de Sonfonia. Ils réclament l’amélioration des conditions d’études dans les institutions d’enseignement supérieur du pays, a appris Guineematin.com à travers un de ses journalistes.

Moins de deux semaines après la rentrée universitaire, une grogne commence à l’Université Général Lansana Conté de Sonfonia, située en banlieue de Conakry.  Quelques dizaines d’étudiants ont manifesté ce mardi matin dans l’enceinte de cette institution d’enseignement supérieur. Même si lui-même n’a pas pris part à l’organisation de ce mouvement de protestation, le président de la coordination des étudiants de l’Université Général Lansana Conté et président du collectif des étudiants des Universités publiques de Guinée, connaît les raisons de cette démarche.

Mamadou Oumar Barry

« Ces étudiants sont sortis pour dénoncer tous les maux dont souffrent les étudiants guinéens en ce moment. Ils réclament des bus pour transporter les étudiants, une connexion Wifi haut débit, le rehaussement de la bourse d’entretien, la reconnaissance par les autorités de la liberté d’expression des structures estudiantines. Parce qu’il y a des universités qui refusent catégoriquement qu’il y ait des bureaux d’étudiants.

Ils ne veulent pas que les  étudiants soient présentés par un bureau qui va les défendre, alors que c’est un droit pour eux. Par exemple, si vous prenez le calendrier universitaire, le ministère n’a jamais consulté les structures universitaires pour élaborer ce calendrier, chose qui est vraiment dommage. Parce que tout ce qu’ils font, c’est pour nous, on ne parle pas de ministère de l’Enseignement supérieur s’il n’y a pas d’étudiants. C’est pour toutes ces raisons que nos amis ont manifesté ce matin », a indiqué Mamadou Oumar Barry.

Face à cette situation, notre interlocuteur sollicite une rencontre entre les étudiants et le colonel Mamadi Doumbouya pour échanger autour de leurs problèmes. « Aujourd’hui, la seule chose que nous demandons et qui est vraiment urgente, c’est une audience avec le président de la transition. Pourquoi ? Parce que lors des concertations qui ont eu lieu récemment, on a rencontré toutes les entités, que ce soit la société civile, les politiques et d’autres, mais on n’a jamais rencontré les structures estudiantines.

Je pense que nous avons notre mot à dire sur la gestion de ce pays, nous sommes les futurs cadres de ce pays. Donc, notre souhait aujourd’hui, c’est de rencontrer le président de la transition en personne pour parler notamment des problèmes qu’on rencontre dans les universités, c’est ce que nous demandons aux autorités », a dit Oumar Barry, président du collectif des étudiants des Universités publiques de Guinée.

Fatoumata Diouldé Diallo pour Guineematin.com

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS