Insalubrité : Conakry en proie à des tas d’immondices

Depuis quelques jours, la capitale guinéenne est en proie à une insalubrité galopante. Des points noirs d’ordures sont visibles à chaque coin de rue et dégagent des odeurs nauséabondes. Et, aucune équipe de ramassage d’ordures ne semble intéressée par ces tas d’immondices qui créent des embouteillages par endroit, a constaté un reporter que Guineematin.com a dépêché sur le terrain.

Apparemment, cette insalubrité actuellement au grand rendez-vous à Conakry est la conséquence du débrayage observé en début de cette semaine par les équipes de ramassage d’ordures d’Albayrak (la société turque chargée d’assainir la ville de Conakry). Et, leur reprise de travail ne sert pas à grand-chose pour le moment.

Des tas d’immondices jonchent la corniche Hamdallaye-Sonfonia. Le constat est le même sur l’autoroute Fidel Castro, tout comme le long de la route Le Prince. Et, cette situation est plus qu’agaçante pour les populations. M’ma Binty Camara tient un kiosque contigu à un dépotoir d’ordures à Tanéné-marché (dans la commune de Matoto) et elle ne cache pas son désarroi face à ces ordures qui l’époumonent depuis quelques jours.

M’mah Binty Camara

« Ces ordures nous fatiguent. Cela fait plus des jours que les gens ne viennent pas les ramasser. Nous sommes obligés de nous asseoir dehors ici. Ça pue tellement qu’on ne peut pas rester dans notre kiosque et ça nous empêche de travailler correctement », se plaint-elle.

Vendeuse de riz à Ratoma-centre, Fatoumata Condé est aujourd’hui envahie par les ordures. Et, les odeurs nauséabondes qu’elles dégagent pourraient faire fuir ses clients, d’autant plus qu’une colonie de mouches se trouve actuellement sur les lieux.

« C’est ici que je vends du riz et des haricots. Donc, les gens viennent manger ici. Mais, depuis lundi, les ordures m’envahissent avec mes clients. Ce qui n’est pas du tout bon pour notre santé, avec notamment les mouches qu’il y a. Nous risquons d’avoir des maladies avec cette insalubrité », s’inquiète-t-elle.

Selon Alimou Conté, un citoyen rencontré à Kipé Dadia, ces tas d’immondices dans les rues pourraient s’expliquer par le mauvais traitement des employés dans les sociétés de ramassage d’ordures.

Alimou Camara

« Ces ordures nous dérangent par l’odeur qu’elles dégagent. C’est la raison pour laquelle nous ne nous essayons presque plus ici. Donc, que les travailleurs et leur employeur se comprennent, parce que c’est un travail très difficile. Il faut que les travailleurs soient très bien payés, avec tous les équipements qu’il faut. Parce que sans cela, les travailleurs vont se décourager. Et, si cela arrive, ce sont les populations qui risquent d’en pâtir avec les maladies qu’elles pourraient y avoir dans l’insalubrité », a-t-il indiqué.

Mamadou Yaya Petel Diallo pour Guineematin.com

Tel: 622 67 36 81

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS