Dinguiraye : Alpha Condé (directeur des mines) poursuit le journaliste Ibrahima Diakité à la police

Ibrahima Diakité, journaliste et rédacteur en chef de la radio rurale de Dinguiraye

Tenu en échec dans le bras de faire qui l’oppose depuis un certain temps au maire de la commune rurale de Diatiféré (autour de l’exploitation des zones aurifères de Maléa et Fèlén), Alpha Condé, le directeur préfectoral des mines de Dinguiraye, redirige ses armes contre les journalistes qui ont relayé les accusations portées contre lui dans cette affaire. Et, pour l’instant, c’est Ibrahima Diakité qui se trouve dans sa ligne de mire. Il vient de porter plainte contre le rédacteur en chef de la radio rurale de Dinguiraye pour « diffamation » au commissariat central de police de Dinguiraye.

Notre confrère a reçu une convocation hier, vendredi 12 novembre 2021, lui demandant de se présenter au commissariat ce samedi. Il s’y est présenté aujourd’hui ; mais, son accusateur a joué aux abonnés absents, au grand dam des policiers. Ces derniers ont d’ailleurs demandé au journaliste de rentrer.

Selon les informations confiées à Guineematin.com, cette plainte pour diffamation contre Ibrahima Diakité n’est qu’un énième effort du directeur préfectoral des mines de Dinguiraye de tenter de soutirer à ce journaliste les noms de ses sources dans l’affaire qui l’oppose au maire de Diatiféré, Sory Amoroya Barry.

En effet, dans un passé récent, les populations et l’autorité communale de Diatiféré avaient accusé le directeur préfectoral des mines de Dinguiraye d’avoir perçu 200 millions de francs guinéens des orpailleurs Burkinabés contre une autorisation d’exploitation d’or à Maléa. Une exploitation qui implique l’installation de drague et l’utilisation d’un produit toxique (cyanure). Et, c’est cette affaire que le directeur des mines tente de passer sous silence en s’attaquant aux journalistes. Pour ce faire, après avoir usé vainement de stratégies peu orthodoxes pour faire oublier cette affaire, il essaie la voie policière pour tenter d’intimider les journalistes basés à Dinguiraye. Et, sa plainte contre le rédacteur en chef de la rurale de Dinguiraye s’inscrirait dans cette logique.

« Le 17 octobre dernier,  j’ai fait un article sur l’accusation portée contre le directeur préfectoral des mines et géologie de Dinguiraye, Mamadou Alpha Condé, par le maire de la commune rurale de Diatiféré, Sory Amoroya Barry. Ce dernier l’accuse d’avoir perçu une somme de 200 millions de francs guinéens pour l’exploitation des zones minières de Maléa et Fèlén, dans la commune rurale de Diatiféré, située à 50 kilomètres du centre ville… Mais, avant de faire mon article, dans un entretien réalisé samedi 16 octobre, le directeur des mines avait rejeté en bloc l’accusation portée contre sa personne. Tout de même, il avait reconnu avoir vendu des rejets à 65 millions de francs guinéens qu’il a repartis, selon lui, entre les différents services concernés. Il a aussi accusé le maire et le sous-préfet sortant d’avoir détourné une somme de 274 millions de francs guinéens et 11 kg d’or. Mais, vous savez, à Diatiféré, les populations riveraines des zones d’exploitation ont dit au maire que s’il accepte l’installation des Bourkinabés à Diatiféré, eux, ils vont quitter avec leurs animaux pour aller ailleurs. Selon eux, en 2019,  ils ont perdu une vingtaine de têtes de bœufs et une quarantaine de moutons et chèvres suite aux produits toxiques utilisés dans le fleuve Bafing. Le 19 octobre dernier, 12 orpailleurs Bourkinabés ont été arrêtés à Diatiféré-centre alors qu’ils étaient en route pour Maléa et Fèlén. Ils ont été escortés par la gendarmerie et conduits à la maison d’arrêt de Dinguiraye. Mais, ils ont finalement été libérés pour une destination inconnue. Le directeur des mines Monsieur, vu que ses intérêts ont été bloqués par le départ de ces Bourkinabés, m’a appelé au téléphone le 22 octobre pour me demander de lui dire les noms de ceux qui m’ont informé qu’il a perçu 80 millions ou 200 millions de francs guinéens dans cette affaire, sinon c’est contre moi il va porter plainte. Je lui ai dit que je ne le ferai pas. Je ne lui dirai jamais mes sources d’information. L’essentiel est que je l’ai entendu, il a donné sa version des faits et j’ai pris en compte dans mon élément. Donc, hier, vendredi 12 Novembre,  j’ai reçu une plainte du commissariat central de police de Dinguiraye me demandant de me présenter là-bas ce samedi à 10 heures. Ne craignant rien, car je suis conscient que j’ai travaillé en professionnel en contactant tous les acteurs concernés (direction des mines, autorités locales et citoyens de Diatiféré), je me suis présenté à la police muni de la convocation. Mais, le plaignant n’y était pas. Alors, on m’a demandé de répartir et qu’en cas de besoin, ils vont m’appeler », a expliqué Ibrahima Diakité un peu plus tôt dans la journée.

Joint au téléphone, le directeur préfectoral des mines et géologie de Dinguiraye n’a pas voulu se prêter à nos questions.

Aux dernières nouvelles, notre confrère serait (18 heures 45’) en audition dans les locaux du commissariat central de la police de Dinguiraye.

A suivre !

De Faranah, Mamadouba Bangoura pour Guineematin.com

Tel : 620241513/660272707

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS