Conakry : des menuisiers et tapissiers manifestent devant le ministère de l’Environnement

Plusieurs membres de l’Union nationale des menuisiers et tapissiers de Guinée ont manifesté ce mercredi, 17 novembre 2021, devant le ministère de  l’Environnement et du développement durable. Ils protestent notamment contre l’interdiction de la coupe du bois sur l’ensemble du territoire guinéen et demandent aux nouvelles autorités de revoir cette décision.

Pancartes en mains, les membres du bureau national de l’Union des menuisiers et tapissiers de Guinée ont défilé de la route du Niger jusqu’à la devanture du ministère de l’Environnement, à Coléah. Ils sont venus interpeller la nouvelle ministre, Louopou Lamah, sur les problèmes auxquels ils sont confrontés et solliciter son implication afin de les résoudre.

« Nous sommes aujourd’hui devant le ministère de l’Environnement pour réclamer notre droit, pour réclamer un droit de tous les Guinéens. Nous avons constaté que depuis plus de six mois, il y a une interdiction de la coupe de bois pour la consommation locale. Depuis plus de six mois, rien n’a été dit. Mais avant ça (cette manifestation, ndlr), nous avons respecté toutes les procédures qu’une organisation doit suivre.

Nous avons été à la direction nationale de la forêt, nous avons été voir le directeur de l’office guinéen de bois, même l’ONG en charge de la gestion du bois en Guinée, c’est-à-dire la filière bois. Nous avons consulté toutes ces structures mais jusqu’à date, nous n’avons pas des résultats fiables (…). On n’est pas là pour casser ou jeter des cailloux. On est là pour réclamer un droit à travers une manifestation pacifique. Nous voulons exprimer à madame la ministre nos problèmes, nos préoccupations », a déclaré Amara Touré, président de l’Union des menuisiers et tapissiers de Guinée.

Ces préoccupations, c’est l’interdiction de la coupe du bois et la cherté du bois, qui est la principale matière première des menuisiers et des tapissiers. « Nous venons pour dire à madame la ministre de s’intéresser à cette question, parce que ce n’est pas la levée de l’interdiction seulement qui nous intéresse. Parce que bien avant l’interdiction, le bois était devenu excessivement cher. Un madrier qu’on avait l’habitude d’acheter entre 250 000 et 300 0000 GNF est monté jusqu’à 950 000 GNF.

Depuis l’interdiction, le même madrier est vendu entre 1 500 000 et 2000 000 GNF. Et ça aussi, quand tu verses l’argent, tu peux attendre un ou deux mois sans le recevoir. Ensuite, avant l’interdiction, des gens coupaient le bois pour aller le vendre à l’étranger. Ils bénéficiaient doublement et nous, nous étions victimes d’eux (…). Le bois, c’est pour l’Etat, c’est pour tous les Guinéens. Donc, nous voulons que l’Etat s’implique dans la fixation des prix. Il ne faut pas que l’Etat nous abandonne dans les mains de ceux qui créent tous ces problèmes », a dit M. Touré.

A la demande de la ministre de l’Environnement et du développement durable, les manifestants ont délégué cinq personnes pour aller échanger avec les responsables concernés autour de leurs préoccupations. Les émissaires de l’Union nationale des menuisiers et tapissiers de Guinée sont sortis satisfaits de cette rencontre, car les autorités du ministère ont promis de prendre très rapidement les mesures nécessaires pour résoudre leurs problèmes.

A suivre !

Mamadou Bhoye Laafa Sow pour Guineematin.com

Tel: +224622919225

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS