Labé : début des opérations de recensement des fonctionnaires de l’Etat

En exécution de la lettre circulaire N° 020/MATD en date 19 novembre 2021 du ministère de l’administration du territoire et de la décentralisation, les opérations de recensement des fonctionnaires ont démarré ce lundi, 21 novembre 2021, dans la région administrative de Labé. Le coup d’envoi a été donné dans la salle du gouvernorat par Ouremba Traoré, chef de cabinet du gouvernorat de Labé, rapporte Guineematin.com à travers son correspondant dans cette région de la Moyenne Guinée.

L’objectif de ce recensement consiste pour les autorités à connaître l’effectif total des fonctionnaires de l’Etat dans la région Labé. Et, pour s’assurer de la crédibilité des résultats, les chefs de service et les DRH ont été écartés des opérations de terrain. Des opérations qui, selon le chef de cabinet du gouvernorat de Labé, ne sont pas compliquées ; mais, elles requièrent la présence physique de chaque fonctionnaire en poste dans la région.

« La spécificité de cette opération est que, cette fois-ci, aucun chef de service, aucun DRH, n’est autorisé à prendre part au recensement en question. Ce sont les forces de défense et de sécurité qui doivent piloter l’opération. Nous avons adressé conséquemment une correspondance à tous les services, relative au début de cette opération. Donc, au plan local, au moment où je parle, les commissions sont déjà sur le terrain, notamment la gendarmerie, la police et les militaires. Cette opération est très simple, on demande ton nom, ton prénom, ton numéro de matricule, la date d’engagement, le poste occupé et enfin l’émargement. Je crois que ce n’est pas de la mer à boire. S’il y a de la bonne foi, chacun doit être censé maîtriser cela. Il n’y a pas à s’inquiéter, ça se passe dans les règles de l’art ici au niveau de la région, nous sommes en contact avec les préfectures, mais jusqu’à maintenant ça se passe très bien. C’est pour cette raison que nous allons beaucoup nous presser pour que l’essentiel des fonctionnaires soient enrôlés. C’est vrai qu’il n’y a pas d’exercice sans difficulté : par exemple dans Gnafou, Balaki (à Mali), c’est des problèmes. Ce sont des Guinéens qui sont là-bas, ce sont des fonctionnaires qui enseignent, qui traitent des gens, etc. Il faut bien les prendre en compte. Donc, nous sommes en train de voir sur le terrain comment faire bénéficier ces cadres de l’enrôlement », a dit Ouremba Traoré.

A noter que cette opération prendra fin le 25 novembre.

De Labé, Alpha Boubacar Diallo pour Guinéematin.com

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS