Mamadou Péthé Diallo, ministre de la santé

La Guinée, à l’instar des autres pays du ‘’Partenariat de Ouagadougou (PO)’’, a pris des engagements fermes visant à augmenter sensiblement, entre 2020 et 2023, la prévalence de la contraception moderne chez toutes les femmes, les adolescents et les jeunes. L’engagement a été également pris de favoriser la gratuité des services de planification familiale dans toutes les formations sanitaires publiques du pays entre 2021 et 2024.

Les engagements pris par les pays du Partenariat de Ouagadougou en matière de planification familiale sont essentiels ; car, ils expriment la volonté et le désir de ces pays d’atteindre un objectif commun en 2030. Une fois les engagements pris, ils devaient être mis en œuvre par le biais d’actions concrètes d’où la nécessité d’en faire le suivi.

Selon le ministre guinéen de la santé et de l’hygiène publique, « ces nouveaux engagements pour la planification familiale FP2030 aideront d’ici 2030 la population guinéenne et plus précisément les adolescents et les jeunes à être en bonne santé et de jouir d’un bien-être socio-économique à travers un accès universel aux services de la planification familiale abordable et de qualité ».

Sur le plan politique, l’engagement pris est d’augmenter le taux de prévalence de la contraception moderne (TPCM) chez toutes les femmes de 12,6% en 2020 à 18,52% en 2023 conformément au plan d’action national budgétisé pour la planification familiale (PANB-PF), chez les adolescents (15-19 ans) de 8,3% en 2020 à 12,8% en 2023 et chez les jeunes (20-24 ans) de 15,2% en 2020 à 19,7% 2023. L’engagement a été également pris de favoriser la gratuité des services de planification familiale dans toutes les formations sanitaires publique du pays entre 2021 et 2024.

Sur le plan programmatique, la Guinée compte augmenter le nombre de formations sanitaires disposant de la gamme complète de produits contraceptifs de 80,7% en 2020 à 90% à 2023 et assurer un accès continu aux services de planification familiale (PF) pour les populations, y compris les adolescents et les jeunes vivant dans une situation de crise humanitaire de 2021-2025.

L’engagement financier porte sur l’augmentation du financement domestique pour l’achat des produits contraceptifs de 50 % à 70% d’ici 2023 par le budget national de développement en allouant annuellement 10% du même budget.

Les nouveaux engagements et le plan de redevabilité ont été dévoilés au cours d’une cérémonie parrainée par les officiels du gouvernement. Et, en croire le ministère de la santé, « le suivi et l’évaluation des progrès réalisés vers l’atteinte des objectifs de ces engagements FP2030 de Guinée se feront selon le principe de redevabilité mutuelle à travers des revues périodiques et à l’aide de plusieurs mécanismes et plateformes dont, entre autres, des réunions trimestrielles de suivi des engagements par le Comité national d’élaboration de nouveaux engagements, des sessions du comité de pilotage du PANB-PF, Motion Tracker, Scorecard ».

Cette approche inclusive contribuera à renforcer le rôle de la société civile et garantira la transparence et la visibilité avec un rapport de suivi annuel produit et partagé avec toutes les parties prenantes.

Kadiatou Thierno Diallo

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin