Dr Ibrahima Sory Diallo, coordinateur de l’ADC-BOC

Après avoir rejeté le document présenté hier par les autres coalitions politiques, l’Inter coalition politique (ICP) fait aussi sa clé de répartition des quinze places accordées aux partis politiques au CNT. Le groupe, composé de quatre coalitions, donne trois places à l’ANAD (la coalition dirigée par Cellou Dalein Diallo), trois places au RPG Arc-en-ciel (l’ancien parti au pouvoir) et trois places à la CORED (la coalition dirigée par Mamadou Sylla).

C’est l’annonce faite par Dr Ibrahima Sory Diallo, le coordinateur de l’ADC-BOC (une coalition membre de l’ICP), au sortir d’une rencontre tenue ce mardi, 23 novembre 2021, au siège de l’Inter coalition politique, à Conakry. Il indique que son camp, qui regroupe plusieurs leaders politiques (Mamadou Sylla, Bah Oury, Dr Makalé Traoré, Mamadou Baadiko Bah, Fodé Mohamed Soumah…), a fait une répartition responsable, en n’occultant aucune coalition politique.

« Cette répartition responsable, c’est de doter les coalitions en fonction d’abord des quotas qui existent. Quand vous avez 15 places à répartir entre 7 coalitions, il faut commencer d’abord par donner une place à chaque coalition et voir maintenant les plus importantes pour leur donner plus de places. Donc, nous avons dit que la CORED de M. Mamadou Sylla doit avoir 3 places, l’ANAD de M. Cellou Dalein Diallo et le RPG Arc-en-ciel doivent également avoir 3 places chacun. Ensuite, nous avons prévu 2 places pour la COPED de Dr Ousmane Kaba, 2 places aussi pour l’ADC BOC, une place pour les trois partis membres du FNDC (UFR, PEDN, MoDeL) et une place pour la CPR de Dr Faya Millimouno », a indiqué l’ancien député.

Parlant de la clé de répartition faite hier par les autres coalitions politiques, le coordinateur de l’ADC-BOC dénonce un travail basé sur le copinage et l’exclusion. Ce qui ne favorise pas, selon lui, l’unité de la classe politique guinéenne. « Dans la répartition que les gens ont faite de l’autre côté, il y a même des coalitions reconnues qui n’ont pas été citées. Et d’autres se lèvent pour dire qu’ils sont médiateur alors qu’ils n’ont jamais eu ce mandat, c’est ce qui constitue le problème majeur. Les gens doivent comprendre que ce partage des 15 places n’est pas une affaire d’un parti politique, c’est une affaire de tous les partis politiques.

C’est par compréhension et entente que certains vont laisser d’autres parler, sinon chacun a un droit (…). On ne peut pas estimer qu’on peut donner 4 places à une coalition qui a 24 partis politiques et donner une place à une coalition qui a plus de 60 partis politiques. C’est très grave. Parce que le ministère n’a pas donné de critères de poids sur le terrain. Dans le communiqué du ministre, c’est très clair : il a demandé aux partis politiques d’envoyer des dossiers », a dit Dr Ibrahima Sory Diallo.

A cette allure, tout porte à croire que le ministère de l’Administration du territoire et de la décentralisation va se retrouver avec un nombre de candidats largement au-dessus du nombre de places accordées aux partis politiques. Car, la CPR (la coalition dirigée par Dr Faya Millimouno) a aussi décidé de déposer sa propre liste de candidature. Il reviendra sans doute au gouvernement et au CNRD de trancher pour choisir les personnes qui vont siéger au CNT, au nom de la classe politique.

Fatoumata Diouldé Diallo pour Guineematin.com

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin