Rusal/CBK et l’AJSEA lancent une vaste campagne de sensibilisation à la sécurité ferroviaire

Rusal/CBK, en partenariat avec l’ONG Amical des Jeunes pour la Sauvegarde de l’Enfance et de l’Adolescence (AJSEA), a organisé (du 24 novembre au 13 décembre 2021) une vaste campagne de sensibilisation sur les accidents ferroviaires, le danger de l’occupation anarchique et les jets d’ordures sur les rails. L’objectif de ces séries de sensibilisations est d’avoir  »zéro accident » sur la voie ferrée de la CBK.  

Samedi dernier, Rusal/CBK et son partenaire l’AJSEA étaient massivement mobilisés sur la voie gérée par Rusal/CBK dans la commune de Dixinn pour accentuer d’avantages la campagne de sensibilisation. Au lieu de la sensibilisation, on pouvait lire sur les banderoles « Population de Conakry, la citoyenneté n’est pas un vain mot, le traduire dans nos actes en protégeant les installations de Rusal/CBK en est un exemple » et « Rusal/CBK et l’AJSEA combattent tous les accidents ferroviaires, l’occupation anarchique et le jet des ordures sur les rails ».

Fort malheureusement, nous constatons tous les jours l’envahissement des rails par des citoyens dans différents quartiers de la capitale. Une attitude qui met banalement en danger la vie de centaines de millier de personnes y compris des enfants. Les rails et l’emprise des rails sont occupés par des vendeuses de tout genre, des ordures, des constructions anarchiques à un mètre des rails, des malades mentaux, des drogués, des débits de boissons d’alcool, des marchés, des garages et des terrains de football. Des situations susceptibles d’occasionner des accidents ferroviaires et mettre en danger la vie des riverains.

Pour Mory Fodé, coordinateur-assistant de LAGUIPRES SECURITE, société chargée de la sécurisation des rails de la CBK à Conakry, « nous sommes là pour sécuriser les installations de Rusal/CBK pour ne pas que le train créé des situations incontrôlées. Aujourd’hui, nous faisons la sensibilisation afin que les riverains comprennent le danger qui existe le long des rails ; et, à côté de cela, nous participons à sauver des vies notamment les sourds muets, buveurs et surtout les adolescents ». Professionnels en la matière, LAGUIPRES assure depuis plusieurs années la sécurité des rails de la CBK sur une base contractuelle. LAGUIPRES déploie ses agents pour sécuriser les installations mais aussi pour prévenir les accidents et éviter tout incident. Selon le responsable de LAGUIPRES, « l’État doit nous aider à sécuriser les deux côtés des rails pour ne pas qu’il y ait une circulation le long des rails pour éviter des accidents ; car, le long des rails n’est pas un lieu de distraction ni un loisir ».

 

Pour sa part, Moumini DIALLO, le président de l’Amical des Jeunes pour la Sauvegarde de l’Enfance et de l’Adolescence (AJSEA), a expliqué que Rusal/CBK, en partenariat avec son ONG, a initié cette campagne de sensibilisation pour éradiquer le fléau des accidents sur la voie ferrée. Cette campagne a pour objectif de faire comprendre aux riverains que les risques qu’ils courent sont énormes. Aujourd’hui, les publics cibles sont entre autres, les marchés, garages, ateliers de couture, terrain de football, gargotes, maquis et autres restent toujours dans notre lutte afin qu’ils sachent le danger une fois installé le long des rails ; et, cette sensibilisation continuera toujours pour le bien de tout un chacun.

Actuellement, nous saluons le travail de l’État qui est parvenu à éloigner des occupants du long de la voie. Ce qui est salutaire ; mais, cela devrait être accompagné par un suivi quotidien pour l’atteinte des objectifs assignés. Il faut qu’on essaie de mettre quelque chose en place pour ne pas que les riverains reviennent de nouveau. Il faudrait que l’état essaie toujours de faire un appui à la compagnie CBK pour leur permettre de faire un suivi parce qu’il ne s’agit pas seulement de déguerpir des gens, il faut faire un suivi, et si cela n’est pas fait les gens seront toujours là, et quand ils reviennent vous aller encore déployer d’autres moyens pour leur faire déguerpir. Donc, il est temps aujourd’hui avec les démembrements qu’on puisse faire un travail remarquable. Il faut que nous populations aussi qu’on essaie d’unir nos efforts pour accompagner ce gouvernement de transition sur l’élan qu’il a entrepris pour la refondation de l’Etat. Je remercie notre partenaire pour l’effort fourni non pas seulement pour la campagne de sensibilisation, Ils font aussi fait de la maintenance sur la voie ferrée de Rusal/CBK pour ne pas qu’il y ait des dégâts sur cette voie », a précisé le premier responsable de l’AJSEA. « Cette sensibilisation se poursuivra par des campagnes portes à portes, des visites à domicile aussi à travers des médias pour encore vulgariser notre élan de sensibilisation des gens qui ne sont pas là », a-t-il conclu.

De son côté, Yakhouba Conté, le chef du service protection de travail de la compagnie Rusal/CBK, « nous travaillons avec l’AJSEA pour sensibiliser les gens d’éviter la voie ferrée. Tout le monde doit éviter de marcher sur la voie, car la voie gérée est faite non pour les personnes. Et aujourd’hui, beaucoup d’efforts sont fournis pour plus de sensibilisation ». M. Conté a enfin fait savoir que dans leur Société la protection de la vie et de la santé prévaut toujours sur les intérêts commerciaux. « Actuellement, nous sollicitons l’accompagnement des autorités afin d’accentuer la sensibilisation pour faire en sorte que les riverains s’éloignent des rails afin de sauver des vies, car, elle reste toujours sacrée ». a-t-il expliqué.

Au cours de cette sensibilisation, quelques riveraines ont également donné leurs conseils pour que les citoyens quittent le long des rails. Pour Binta Soumah, le seul problème dans notre société, c’est que’ certains ne respectent pas la loi. «Tout le monde doit quitter le long des rails parce que les risques sont énormes. Une fois que le train déraille, chose qu’on ne souhaite pas,  ça peut entraîner beaucoup de dégâts. Pour moi, il vaut mieux prévenir que d’assister des victimes », a fait savoir dame Soumah. 

Aux dires de M’mah Camara, commerçante, ce qui est important le long des rails, c’est qu’il faut sauvegarder la vie des enfants, des adolescents des buveurs et autres gens qui sont toujours sur cette voie et qui n’est d’ailleurs pas appropriée aux personnes mais seulement au train. « Il est temps qu’on appelle à la conscience des uns et des autres occupant le long des rails de quitter afin de minimiser le risque d’accident », précise M’mah Camara. 

Enfin, Mamadou Diallo, vendeur de bétails non loin des rails, précise : « souvent, les riverains ne font pas attention à leurs enfants, nous sommes obligés parfois de venir au secours des enfants une fois qu’on voit le train venir. Aujourd’hui, nous demande à tout le monde d’éviter de s’asseoir sur les rails parce que les risques sont énormes et nous demandons à tout le monde de veiller sur les enfants et de respecter les consignes des sensibilisateurs pour atteindre zéro accident ».

Fin

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS