Guinée : les Etats-Unis posent une condition pour soutenir la transition

Michael C. Gonzales, Sous-secrétaire d’État Adjoint au Bureau des Affaires Africaines

Les Etats-Unis sont disposés à soutenir la transition en Guinée, mais à une condition : il faut que le CNRD s’engage publiquement « à mettre en place un système pour retourner à l’ordre constitutionnel ». C’est le sous-secrétaire d’Etat adjoint au bureau des affaires africaines, Michael C. Gonzales, qui l’a annoncé ce vendredi, 3 décembre 2021, à Conakry, a constaté Guineematin.com à travers un de ses journalistes.

Michael C. Gonzales est venu en Guinée pour échanger avec le CNRD (la junte militaire au pouvoir depuis le 5 septembre dernier) et les acteurs de la société civile sur la conduite de la transition en cours dans le pays. Au terme de sa visite de travail, ce membre du gouvernement américain a animé un point de presse pour faire le point de ses rencontres avec les acteurs concernés.

« Durant ces deux derniers jours, j’ai eu des rencontres et des échanges fructueux avec les leaders du CNRD et les acteurs de la société civile. Aujourd’hui, nous exhortons le CNRD à s’engager publiquement à mettre en place un système pour retourner à l’ordre constitutionnel, à travers l’organisation d’élections démocratiques, libres.

La mise en place de ce cadre de travail dans le temps permettra au CNRD de poser des actions tangibles qui nous permettront de comprendre que nous évoluons vers un processus démocratique. Et lorsque le CNRD annoncera un calendrier favorable à la population et à la communauté internationale, nous serons à mesure de soutenir et d’accompagner la transition », a indiqué le sous-secrétaire d’Etat adjoint au bureau des affaires africaines des Etats-Unis.

Ce cadre de l’administration Joe Biden reconnaît les « efforts encourageants » que le CNRD a entrepris ces trois derniers mois, tout particulièrement la libération des prisonniers politiques, la réforme de l’administration et l’appui au niveau de la justice. Mais, il précise que cela est insuffisant pour avoir le soutien de Washington, opposé à tout changement de régime à travers un coup d’Etat militaire.

« Aucun membre de la communauté internationale ne pourrait s’engager à soutenir un gouvernement de transition sans un calendrier de sortie de cette transition », a dit Michael C. Gonzales, tout appelant la Guinée à ne pas s’engager dans une transition de longue durée. Car, dit-il, dans la plupart des cas, les militaires qui prennent le pouvoir ne viennent pas pour mettre le pays sur le chemin de la démocratie, mais pour s’éterniser au pouvoir.

« Lorsque la transition prend plus de temps, il y plus de risques que cela ne conduise pas à la fin de la transition, mais qu’ils restent au pouvoir. Et partout où il y a eu du succès, c’est là où la transition a été courte et il y a eu rapidement le retour à l’ordre constitutionnel et la transmission du pouvoir aux civils représentant de la population », a dit le responsable américain.

Michael C. Gonzales a aussi invité les partis politiques et la société civile à « agir le plus rapidement possible » pour mettre en place le Conseil national de la transition (CNT).

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS