Une caravane ouest-africaine à Boké : « la terre et l’eau permettent de lutter contre le chômage »

Une caravane ouest-africaine vient de séjourner à Boké. Composée de jeunes venus de la sous-région, elle est venue sensibiliser les populations du Kakandé sur l’importance de la terre et de l’eau, rapporte le correspondant de Guineematin.com sur place.

Partie du Sénégal, cette caravane est passée en Gambie, en Guinée-Bissau, avant d’arriver en Guinée. A Boké, les caravaniers ont mobilisé autorités et citoyens pour les sensibiliser à la nécessité de préserver et de mettre en valeur la terre et l’eau. La cérémonie a été organisée par la Convergence globale pour la lutte pour la terre et l’eau.

Aïssata Yattara, point focal de la Convergence globale pour la lutte pour la terre et l’eau en Guinée

« Cette caravane, qui a la valeur d’un messager dans les pays traversés, a pour but de conscientiser particulièrement les gouvernants sur la situation devenue aussi préoccupante que perturbante qui concerne la terre, l’eau et l’agro écologie paysanne dans nos pays. Dans nos pays, et particulièrement en Afrique subsaharienne, environ 80% de la population dépend de l’agriculture familiale paysanne, de la pêche, de la foresterie et d’autres activités connexes.

L’accès, le contrôle et la sécurisation des droits liés à la terre, à l’eau et à la semence paysanne, ont tout temps été aux mains des paysans. Mais, ces droits légitimes ont été bafoués ces dernières décennies », a déploré Aïssata Yattara, point focal de la Convergence globale pour la lutte pour la terre et l’eau en Guinée.

Massa Koné, citoyen malien et porte-parole des caravaniers

Pour Massa Koné, un citoyen malien et porte-parole des caravaniers, la mise en valeur de la terre et de l’eau permettra à l’Afrique de lutter efficacement contre le chômage. « Aujourd’hui, on dit que la jeunesse n’a pas d’emploi, mais moi je dis que la jeunesse a de l’emploi. Parce que nous avons notre entreprise de paysan, nous pouvons vivre aisément avec l’effort fourni sur la terre. Donc, nous voulons une transformation sociale.

Cette transformation sociale, c’est quand nous laissons ce système universitaire d’emploi au profit du système d’emploi logique. Si on chôme, c’est parce qu’on a un diplôme universitaire. Nous sommes tous nés avec trois héritages que 90% des pays occidentaux n’ont pas. Nous naissons tous avec la terre, c’est cette terre que nous laissons pour aller ailleurs à la recherche de l’emploi.

Nous naissons tous avec de l’eau, personne ne peut nous empêcher d’utiliser l’eau des rivières pour produire. Et enfin, nous naissons tous avec nos semences paysannes. Ces trois matières ont permis à l’humanité de vivre pendant des siècles, et ces trois matières peuvent continuer à nourrir ce monde. Notre politique doit se baser sur ces trois matières », a-t-il dit.

colonel Sékouba Trésor Camara, gouverneur de la région administrative de Boké

Présidant la cérémonie, le gouverneur de Boké a salué le passage de cette caravane dans sa région. Car, dit-il, son importance pour les communautés n’est plus à démontrer. « La nécessité d’organiser cette troisième édition se justifie par le fait que cet événement sous régional fait avancer sur divers domaines. Elle se révèle précieuse pour les communautés qui les accueillent. D’autant plus que beaucoup de cas d’accaparements de terres, de privatisations, de marchandages de l’eau par les multinationales tant au niveau urbain que dans les zones rurales, ont été résolus en faveur des communautés.

La terre, l’eau et les semences paysannes sont des ressources vitales pour l’humanité. Elles ne doivent en aucun cas faire l’objet de marchandisation ou de décision politique. Elles doivent être préservées par chaque communauté pour le bien commun de nos sociétés », a dit le colonel Sékouba Trésor Camara, gouverneur de la région administrative de Boké.

En plus de leurs activités de sensibilisation, les caravaniers ont remis au gouverneur de Boké, le « livre vert » contenant plusieurs recommandations de la Convergence globale pour la lutte pour la terre et l’eau à l’endroit des autorités guinéennes. Le document devrait être transmis au président de la Transition, Colonel Mamadi Doumbouya.

Après l’étape de Guinée, cette caravane ouest-africaine est attendue en Sierra Leone.

De Boké, N’Diaré Diallo pour Guineematin.com

Tel: 628-98-49-38

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS