Augmentation du prix pain en Guinée : des citoyens de Conakry se plaignent de la cherté

Comme annoncé précédemment, le gouvernement guinéen, à travers le ministère du Commerce, a procédé hier, vendredi 03 décembre 2021, à une augmentation du prix de la farine. Désormais, le sac de 50 kilogrammes sera vendu à 340 000 francs guinéens (au lieu de 290 000 francs). Conséquence, le prix du pain au détail passe de 4000 francs guinéens à 4500 francs guinéens (pour la baguette double) et de 2000 francs à 2250 francs guinéens (pour la baguette simple).

Au lendemain de cette augmentation, un reporter de Guineematin.com a tendu son micro à certains citoyens de Conakry pour recueillir leurs sentiments. Et, tous les intervenants sont unanimes sur la cherté de la vie. D’ailleurs, certains demandent au gouvernement de revoir cette situation pour alléger les charges des ménages.

Décryptage !

Ibrahima Kana Diallo, boutiquier

Ibrahima Kana Diallo, boutiquier : « Nous ne pouvons que demander de l’aide. Parce que le prix des denrées alimentaires a dominé aujourd’hui les salaires. Quand le prix des denrées alimentaires et du loyer ne diminuent pas, nous les pères de familles nous allons continuer à souffrir. Après le troisième mandant, il y a eu une augmentation du prix du pain. Une miche de gros pain était passée de 2000 à 3000 francs. Depuis lors, ils n’ont pas diminué. Ce matin j’ai encore pris le pain à ce prix (3000 francs) au four et 3500 francs chez d’autres pour les vendre en entier à 4000. Ce que nous pouvons demander au gouvernement, c’est de diminuer le prix des denrées alimentaires pour nous permettre de mieux vivre ».

Laouratou Diallo, citoyenne

Laouratou Barry, agent de sécurité : « Je ne savais pas que le prix avait augmenté. C’est ce matin, quand je suis allé acheter, on m’a dit que c’est 4000 francs. Alors qu’avant ça, c’était à 3000 francs. Il y en a d’autres même qui disent qu’il y en a pour 4500 francs. En tout cas, c’est un peu cher pour nous consommateurs. Il y en a d’autres même qui ne gagnent pas d’habitude le prix du pain. Nous demandons au ministère du commerce de diminuer le prix du pain, mais aussi les autres condiments. Parce que les gens souffrent beaucoup à l’heure-là ».

Monsieur Guilavogui conseille de changer de nourriture : « C’est extraordinaire. On ne peut pas en arriver jusqu’à 4500. C’est cher. Moi je préfère même que les gens s’alimentent à partir du manioc ou de la patate que de continuer à manger du pain. D’ailleurs, tous les gens qui sont hémorroïdaires ne doivent pas manger de la farine. Donc, avec cette cherté, il vaut mieux changer d’alimentation. Comme le disent certains, l’État a fait une diminution populiste par rapport aux produits pétroliers, maintenant il faut se rattraper vers le côté alimentaire en augmentant le prix du blé. On ne sait pas sur quel calcul financier ils se sont basés pour augmenter. Moi je pense que l’État devrait plutôt subventionner ce produit (le blé) pour permettre aux pauvres citoyens de mieux s’en sortir ».

Ibrahinma Bah, boutiquier : « On ne peut qu’accepter et s’adapter à cette décision du gouvernement. Malgré la conjoncture actuelle, on ne peut pas changer ça. Parce que c’est un problème mondial, selon ce que j’ai appris à la radio. Moi-même je vendais du pain avant, lorsque la petite miche était vendue à 1500. Après, ça a augmenté à 2000 francs au four. Et nous, dans le quartier, on revendait à 2500 francs avant la chute de l’ancien gouvernement. Mais, à chaque fois, je me faisais insulter par les clients qui estimaient que la coupe était petite. Finalement, j’ai décidé d’abandonner. Je n’ai pas de proposition à faire aux autorités, je ne fais qu’obéir. Je demande à tout le monde aussi de se plier à la décision ».

Malick Diakité pour Guineematin.com

Tel: 626662927

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS