Délestages électriques : des plaintes se font entendre à Conakry

Depuis quelques semaines, la fourniture du courant est en net recul à Conakry. Alors qu’ils avaient disparu depuis un moment, les délestages électriques ont refait surface dans la banlieue de la capitale guinéenne. Ils sont devenus d’ailleurs récurrents dans plusieurs quartiers, où les citoyens se plaignent des conséquences négatives que cela entraîne sur leurs activités, a constaté Guineematin.com à travers un de ses journalistes.

Lamine Sylla

En plus de la désolation, c’est une situation préoccupante pour Lamine Sylla, chaudronnier à Kobaya. Depuis quelques jours, il n’arrive plus à travailler normalement, à cause des délestages électriques. « Nous connaissons une forte perturbation dans la fourniture du courant ici, les délestages sont devenus très récurrents. Depuis hier, nous n’avons pas de courant et malheureusement, c’est comme ça ces derniers temps.

On a du boulot mais nous sommes bloqués, faute de courant. Et cela nous met en mal avec nos clients qui sont souvent pressés, et je les comprends parfaitement. Si le travail retarde, ils vont dire que nous refusons de le faire, alors que ce n’est pas de notre faute. Donc, EDG (Electricité de Guinée) doit revoir cette situation. Nous payons nos factures, mais si ça continue comme ça, on va se décourager », a-t-il fait savoir.

Fassou Kolamou

La même préoccupation est exprimée par Fassou Kolamou, chaudronnier à Sonfonia. « Depuis plusieurs jours, le courant n’est pas stable ici. On peut passer toute la journée sans électricité. Et lorsque le courant vient la nuit, il se trouve que la tension est parfois très faible, on ne peut pas s’en servir. Et cela nous affecte beaucoup dans notre travail. Parfois, nos clients nous donnent des petits travaux, qui retardent souvent. Ce qui les amène à se fâcher contre nous », regrette cet artisan.

En plus des chaudronniers, des soudeurs, des tailleurs et de tous les autres qui ne peuvent pas travailler sans électricité, les ménages aussi sont affectés par les délestages. C’est ce qu’a fait savoir Assiatou Bah, une citoyenne rencontrée au rond-point de la T8.

Assiatou Bah

 « Les nombreux délestages électriques nous font beaucoup souffrir. Moi, je vends du bissap et du gingembre. Donc, s’il n’y a pas d’électricité, ça va se gâter. En plus, notre nourriture pourrit dans le frigidaire. Parce qu’aujourd’hui, à Conakry, beaucoup de familles ne font pas la cuisine tous les jours, on prépare plusieurs sauces qu’on garde dans le frigidaire. Donc, s’il n’y a pas de courant, c’est une grosse perte. Sans oublier la chaleur qu’il y a dans les maisons actuellement, qui empêche les gens de bien dormir sans courant », a-t-elle déploré.

Ces derniers temps, la fourniture du courant était quasiment stable à Conakry. D’où les interrogations des citoyens sur la recrudescence des délestages. Et quelle que soit la raison derrière cette situation, si une solution n’est pas rapidement trouvée à ce problème d’électricité, il risque d’engendrer les premiers remous sociaux depuis la prise du pouvoir par la CNRD (Comité national du rassemblement pour le développement), la junte militaire qui a renversé le président Alpha Condé.

Mamadou Yaya Petel Diallo pour Guineematin.com

Tel: 622 67 36 81

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS