Émeutes dans les îles Salomon : John Kwaita, une figure de l’opposition, poursuivie

Lu pour vous ! La police des îles Salomon a annoncé mardi avoir engagé des poursuites à l’encontre d’un dirigeant de l’opposition, arrêté la veille dans le cadre des émeutes qui ont secoué la capitale fin novembre.

John Kwaita, président du Parti uni, a été interpellé à son domicile lundi soir pour avoir enfreint les mesures anti-Covid en matière de rassemblements publics.

« La police a libéré le suspect sous caution », a déclaré à l’AFP un porte-parole de la police, ajoutant qu’il comparaîtra devant un tribunal de la capitale Honiara en février 2022.

Fin novembre, des manifestations anti-gouvernementales ont donné lieu à trois jours de pillages et d’incendies criminels dans la capitale Honiara, causant des dommages estimés à 59 millions d’euros et transformant le quartier chinois en un vaste champ de ruines.

Au moins trois personnes sont mortes lors de ces violences et 200 membres des forces de maintien de la Paix venant d’Australie, des Fidji, de Nouvelle-Zélande et de Papouasie-Nouvelle-Guinée ont dû être déployés.

Les manifestants s’opposaient au Premier ministre Manasseh Sogavare qui cherche à se rapprocher de Pékin.

M. Kwaita est originaire de Malaita, île la plus peuplée des Salomon et bastion de l’opposition au gouvernement.

Début décembre, deux députés de son Parti uni ont soutenu un vote de défiance contre M. Sogavare.

Peter Kenilorea, membre du Parti uni et proche de M. Kwaita, a appelé ses partisans « au calme » et à ne pas descendre dans la rue.

AFP

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS