Madina-Oula (Kindia) : plusieurs blessés dans un accrochage entre militaires et citoyens

Des violences ont éclaté ce vendredi, 17 décembre 2021, dans la sous-préfecture de Madina-Oula, à Kindia. Des citoyens et des militaires se sont affrontés dans le district de Sékhoussoriya, faisant plusieurs blessés, rapporte le correspondant de Guineematin.com à Kindia.

« Aujourd’hui, des militaires ont fait irruption dans notre localité pour commettre des exactions. Moi, par exemple, les soldats s’en sont pris à moi, me rouant de coups devant toute le monde. Ils m’ont frappé avec leur fusil, me blessant à la tête et à l’épaule. Je suis actuellement au poste de santé pour des soins. Je ne sais absolument rien, ce sont eux qui savent pourquoi ils sont venus nous passer à tabac. Parce que je n’ai rien fait, je ne savais même pas qu’il y avait un mouvement ici », a expliqué Aboubacar Bangoura, un habitant de Sékhoussoriya, joint au téléphone.

Selon des informations confiées à un des correspondants de Guineematin.com, tout est parti d’une manifestation de citoyens de Sékhoussoriya, qui protestaient contre leur licenciement par une société chinoise basée dans ce district de la sous-préfecture de Madina-Oula. Les manifestants ont érigé des barricades sur la route menant à la base de la société pour se faire entendre. Des militaires du camp de Madina-Oula ont été déployés sur le terrain pour les disperser, et les deux camps ont fini par s’affronter. Selon Abdoulaye Bangoura, le président du district de Sékhoussoriya, les violences ont fait plusieurs blessés.

« C’est dimanche dernier que nos enfants qui travaillent avec la société chinoise sont venus nous dire que l’entreprise veut les licencier sans aucune explication. Donc, le mardi soir, les Chinois ont envoyé 80 personnes qui devaient remplacer les jeunes résidents. Il y a eu des discussions, des négociations entre mercredi et jeudi soir, mais les Chinois ont dit niet. Donc, ce vendredi matin, les 81 fils résidents de Madina-Oula, qu’ils ont décidé de licencier, ont bloqué la route du site.

Et à notre fort étonnement, c’est un camion et un pick-up remplis de militaires qui sont venus gazer les jeunes manifestants. C’est ainsi que la population aussi s’est soulevée contre les militaires et les Chinois. Les militaires ont violenté les gens, il y a eu plusieurs blessés. Actuellement, nous avons 8 personnes blessées qui sont couchées ici. Le préfet de Kindia lui-même vient d’arriver ici, nous sommes en concertation comme ça », a fait savoir ce responsable local.

Également joint au téléphone, le sous-préfet de Madina-Oula, commandant Idy Bob Diallo, a indiqué que les militaires se sont rendus dans ce village pour un maintien d’ordre. « Ce n’est pas une descente musclée, c’est un maintien d’ordre d’un groupe d’intervention du camp de Madina-Oula. C’est la population hostile à la nouvelle société de gardiennage qui s’est révoltée contre les Chinois et leurs travailleurs. Ils sont même parvenus à casser beaucoup de choses au siège de la société.

Ils ont procédé à des jets de pierre, endommageant certains outils de travail. Voilà pourquoi les Chinois ont appelé à un maintien d’ordre. C’est à cause des multiples vols que les Chinois ont envoyé une société de gardiennage et de sécurité avant-hier. C’est ce qui n’a pas plu aux travailleurs résidents, recrutés par l’ancienne société de gardiennage. Et nous, on a tenté pendant trois jours de les réconcilier, d’amener les gens à se comprendre, mais les choses ne se sont pas passées comme prévu.

Car aujourd’hui, on a été surpris d’apprendre qu’ils ont barricadé la route qui mène à la cité de la société, cassé et pris même certains matériels des Chinois. Ils se sont également attaqués aux Chinois. Donc, voilà pourquoi on a envoyé le service de maintien d’ordre là-bas », a laissé entendre le sous-préfet.

De Kindia, Mohamed M’bemba Condé pour Guineematin.com

Tel: 628516951

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS