Kankan : les femmes étalagistes du marché Dibida prennent d’assaut la mairie pour protester contre leur déguerpissement

Dénonçant une décision de la mairie qu’elles qualifient du « deux poids deux mesures », plusieurs femmes étalagistes du marché Dibida de Kankan (l’un des plus grands centre de négoce de la région) ont pris d’assaut la mairie ce lundi, 27 décembre 2021. Elles étaient venues exprimer de vive voix aux autorités communales leur refus de libérer les emprises publiques. Elles arguent que de nombreuses femmes tapissent encore sur les artères publiques de l’autre côté dudit marché sans être inquiétées, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé à Kankan.

Pour fluidifier la circulation au niveau du marché Dibida, la mairie de Kankan a intimé aux femmes étalagistes dudit marché de libérer les emprises et rentrer sous les hangars. Mais, certaines femmes vendeuses de la place ne sont visiblement d’humeur à obtempérer. Et, elles ne camouflent pas leur intention.

Selon leur porte-parole, Kadiatou Keïta, les femmes de ce côté du marché Dibida ne bougeront pas d’un iota tant que leurs collègues qui se trouvent de l’autre côté du marché ne sont pas déguerpies.

Kadiatou Keïta, porte-parole des femmes

« Avant, nous vendions toutes du poisson sous le hangar. Mais, actuellement, on est nombreuses ; et, il n’y a plus de place là-bas. C’est pourquoi on est sorti occuper les artères publiques. Quelque temps après, on nous a demandé de libérer ces artères publiques, on a quitté. Mais, franchement, on ne parvient plus à écouler nos marchandises. Vendredi, samedi et dimanche, on a occupé les lieux. Mais, aujourd’hui encore, les agents sont encore venus nous dire de quitter. On leur a dit qu’on ne refuse pas de quitter, mais qu’on n’acceptera pas du deux poids deux mesures. Parce que de l’autre côté, les autres étalagistes ne sont pas inquiétées. Ils (les agents de sécurité) ont saisi nos marchandises, c’est pourquoi on est là », a expliqué Kadiatou Keïta, visiblement très en colère.

Face à leur détermination à se faire entendre, ces femmes vendeuses ont été finalement reçues dans la salle de réunion de la mairie par le secrétaire général de la commune. Et, après avoir écouté leurs plaintes, Almamy Tounkara a fait savoir qu’une équipe composée des autorités communales et l’administration du marché sera dépêchée sur le terrain pour faire un constat sur les lieux.

Almamy Tounkara, Sécrétaire Général de la commune

« Il faut qu’on trouve une solution. On vous a écouté, vous avez dit que vous n’avez pas de problème à rentrer sous les hangars, mais que vous n’accepterez pas de rentrer seuls alors que les autres sont dehors. Je suis d’accord avec vous, personne ne peut accepter cela. Puisque vous-mêmes vous avez demandé qu’une mission aille constater tout ça sur le terrain, c’est ça que nous allons faire. L’équipe qui sera sur le terrain se fera accompagner par l’administrateur du marché pour qu’un bon travail soit fait », a promis Almamy Tounkara.

Finalement, après cette promesse du secrétaire général de la commune, ces femmes ont rebroussé chemin pour aller vaquer à leurs occupations.

De Kankan, Abdoulaye N’koya SYLLA pour Guineematin.com

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS