Linsan (Kindia) : le PA militaire de Waliya veut-il confisquer la maison des orphelins héritiers de feu Alpha Diallo ?

Depuis quelques années, le PA militaire de Waliya, un secteur relevant du district de Linsan-Boucherie (une localité située à 16 kilomètres de Linsan-centre, sur la route de Madina-Oula), occupe le bâtiment de trois orphelins sans aucune contrepartie. Cette maison de trois chambres avait été prêtée aux militaires pour 6 mois par Souleymane Diallo, oncle paternel et tuteur des trois orphelins. Mais, ce délai a expiré depuis des années et les militaires refusent encore de restituer le local à Souleymane Diallo. Toutes les réclamations de ce dernier sont encore vaines et le PA ne paie aucun franc aux propriétaires, a appris Guineematin.com à travers un de ses correspondants dans la préfecture de Kindia.

Selon Souleymane Diallo, cette maison a été construite par son jeune frère Alpha Diallo. Mais, ce dernier est décédé et a laissé trois enfants (tous à bas âge). Et, ce sont ces enfants qui ont hérité de cette maison. Mais, puisque c’était des petits enfants, il les a pris sous sa garde et s’est chargé de protéger leur héritage en attendant qu’ils grandissent. C’est ainsi, en 2011, sous la demande pressante du chef du secteur Waliya, Aboubacar Camara alias ‘’Khissa Abou’’, il a accepté de prêter cette maison aux militaires de Linsan pour un PA. Le prêt s’étendait sur six (6) mois et c’était juste pour permettre à ces militaires de passer l’hivernage en toute tranquillité. Malheureusement, au terme du délai, les militaires ont refusé de quitter la maison. Ce, en dépit des incessantes réclamations de Souleymane Diallo.

Souleymane Diallo, propriétaire de la maison

« C’est Aboubacar Camara, notre chef de secteur, qui nous fatigue. Il ne veut même pas me sentir ou  m’entendre parler de la restitution de ce bâtiment. Pourtant, c’est lui (Aboubacar Camara) qui est venu me dire de prêter cette maison aux militaires. Et, je lui avais dit plusieurs fois que je ne peux pas, parce que c’est pour les enfants orphelins, les héritiers de mon défunt jeune frère. C’est lui qui a construit ce bâtiment et il est mort quelque temps après. Donc, j’ai été clair avec le chef secteur et je lui ai dit que je suis un simple gardien des enfants qui sont en train de grandir sous ma toiture, puisque c’est leur père qui l’a construit. L’aîné des enfants lui-même pense désormais que je suis complice des militaires pour leur retirer la maison, parce que lui il est maintenant grand. Mais, Dieu sait que je suis en train de me battre récupérer la maison. Dans cette affaire, j’ai même 4 témoins qui sont tous vivants. Lui aussi (Aboubacar Camara) n’était non plus venu seul lorsqu’il prêtait la maison. Il était accompagné de 4 personnes. Quand ils ont insisté en me disant que c’est juste pour passer l’hivernage, j’ai dit : Ok, je vous donne les 6 mois ; mais, dès que la pluie cesse, vous me retournez la maison. Ils étaient d’accord et tel a été notre pacte. C’est avec cet accord que j’ai délibérément et gratuitement donné le bâtiment de trois chambres salon. Quand les 6 mois se sont écoulés, j’ai attendu plus d’un mois avant de réclamer le bâtiment. C’est ce qu’il ne fallait pas. Car, malaises et ennuies étaient désormais mon manteau. Cela fait maintenant 10 ans et 7 mois qu’ils sont là et je n’arrive pas à entrer en possession de notre concession », a expliqué Souleymane Diallo.

A en croire notre interlocuteur, il a été tourné en bourrique à chaque fois qu’il a voulu récupérer sa maison des mains des militaires. Et, aujourd’hui, en plus de la récupération de cette maison, il réclame un dédommagement pour toutes ces années où les militaires ont occupé illégalement ce bâtiment.

« J’ai des malaises physiques et moraux. Malaises physiques, parce que toutes les portes que je frappe sont fermées et on me maltraite à cause de notre bien. Une fois même, quand les militaires sont partis à Linsan-Centre pour une cérémonie, je suis venu mettre le cadenas à la porte pour les empêcher de rentrer. Mais, à leur retour, notre chef de secteur, Khissa-Abou Camara, leur a dit de gâter le cadenas et de dire que j’ai volé une arme, une tenue et un téléphone dedans. Et, c’est ce que les militaires ont exactement fait en me conduisant à la gendarmerie de Linsan-Centre. Ce jour-là, c’est ma famille qui a payé 300.000 francs pour qu’on me relâche.

Le malaise moral, c’est parce que les enfants orphelins de mon jeune frère sont grands et ils ont commencé à penser que j’ai mis leur maison en location, tandis que je n’ai perçu aucun franc durant toutes ces années. Je suis confus et blessé dans le cœur. Car, on n’a ni la maison ni l’argent en fin de mois. Et, le plus grave, c’est que la maison est presque vétuste. Vraiment je ne sais que faire. J’attire donc l’attention des nouvelles autorités pour qu’on nous retourne notre bâtiment en bon état et qu’on nous donne l’argent des 10 ans que le bâtiment a servi de PA sans l’accord de la famille. En ce qui concerne les 6 premiers mois, je leur donne ça comme prévu lorsqu’ils prêtaient la maison », a indiqué Souleymane Diallo.

Rencontré ce mardi par Guineematin.com, le chef du secteur Waliya, Aboubacar Camara alias ‘’Khissa Abou’’, a reconnu avoir intercédé en faveur des militaires au près de Souleymane Diallo pour cette maison. Il a aussi reconnu les multiples réclamations de Souleymane Diallo pour entrer en possession de son bâtiment. Mais, il assure que c’est 4 ans seulement que cette maison de Souleymane a servi de PA au militaire.

« Ce que moi je retiens, ça fait juste 4 ans que sa maison nous sert de PA. C’est vrai aussi que l’année dernière il a manifesté pour qu’on lui rende sa maison. Mais, la manière n’était pas bonne. Parce qu’il a cadenassé la maison en disant que les militaires ne vont pas rentrer ici. C’est la raison pour laquelle les militaires l’ont envoyé au poste de Linsan. Mais, je ne sais pas ce qui s’est passé là-bas. Maintenant, comme il dit qu’il veut sa maison, on va lui retourner sa maison. Il n’y a aucun problème. Je vais rencontrer le colonel dès demain », a confié Aboubacar Camara.

De son côté, le chef du PA de Waliya, l’adjudant-chef Samoura, n’a pas voulu s’étendre sur ce dossier. « Je ne connais rien dans cette affaire, c’est le chef du secteur qui est notre concessionnaire », s’est-il contenté dire.

De Kindia, Mohamed M’bemba Condé pour Guineematin.com

Tel : 628516951

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS