Conakry : des cadres du ministère de l’économie et des départements sectoriels outillés en gestion des investissements publics (GIP)

Choisis sur CV et formés du 19 juillet au 27 août dernier par l’Institut Internationale pour le Développement en Economie et en Administration (IDEA), à travers un contrat d’assistance qui inclut l’élaboration d’un « Guide d’étude de faisabilité », 40 cadres du ministère de l’économie, des finances, du plan et des départements sectoriels ont reçu ce jeudi, 30 décembre 2021, leurs Certificats et Attestations en Gestion des Investissements Publics (GIP).

La cérémonie s’est déroulée dans la salle de réunion du ministère de l’économie ; et, elle a été présidée par le secrétaire Général dudit département, en présence du directeur du Bureau d’Appui à la Programmation (BTAP) et des Représentants de l’UCEP (Unité de Coordination et Exécution des Projets), a constaté Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Selon les informations la formation qui a débouché à la présente remise de Certificats et d’Attestation découle d’une évaluation réalisée en 2018 suivant la méthodologie PIMA (Public Investment Management Assessment). Cette évaluation a permis de dégager un ensemble de recommandations assorties d’un plan d’action pour améliorer la Gestion des investissements Publics (dont la mise en œuvre demeurait encore très limitée).

André Ouendouno, chargés des questions de suivi-évaluation de UCEP unité de coordination et exécution des projets

« Les conclusions de cette évaluation relevaient à titre d’exemple : le mécanisme d’expertise et de validation indépendant des études non mis en œuvre ; les critères de sélection et de hiérarchisation des projets existants non appliqués rigoureusement ; des projets n’ayant pas fait l’objet d’études de faisabilité continuent d’être inscrits au PIP, voire dans le budget ; des conférences budgétaires séparées et tenues les unes à la direction nationale des investissements publics (DNIP), et les autres à la direction nationale du budget ; les autorisations d’engagement pluriannuelles (AE) et les crédits de paiement (CP) prescrits par la LORF non appliqués ; et, le dispositif de suivi, de gestion et d’examen ex post des projets d’investissements publics non opérationnel », a expliqué André Ouendouno, le responsable en charge des questions de suivi-évaluation au niveau de l’UCEP.

Ainsi, c’est pour accroître l’effet catalyseur de l’investissement public sur la croissance économique et le développement, tout en améliorant les performances en matière de GIP, que le ministère de l’Économie, des Finances et du Plan a pris l’initiative, avec l’appui du projet EGTACB, de doter la Guinée d’une série d’outils opérationnels. Des outils au nombre desquels se trouvent les documents sur la Gestion des Investissements Publics. Et, ces outils sont destinés à contribuer au renforcement des capacités des acteurs de la chaîne fonctionnelle de la gestion des investissements publics, en mettant à leur disposition des référentiels méthodologiques pour perfectionner leurs pratiques actuelles, notamment en matière de : maturation, programmation et budgétisation des projets d’investissements publics ; suivi de leur exécution et l’évaluation (ex post) de leurs impacts ; et, de gestion des actifs créés par ces projets. L’objectif est d’améliorer l’allocation et l’utilisation des ressources qui caractérisent une gestion axée sur les résultats et la performance. Et, c’est dans ce cadre que le ministère de l’économie a souhaité renforcer les capacités de 40 formateurs nationaux dans le domaine de la gestion des investissements publics (GIP), notamment en matière de maturation et de suivi-évaluation des projets d’investissement publics. Car, les projets d’investissement public peuvent être des catalyseurs de croissance économique et de développement s’ils sont bien formulés et prioriser sur base de critères techniques et économiques rigoureux. Et, c’est dans ce contexte qu’une équipe de formateurs a été mandatée par le l’IDEA, en exécution de son contrat prestation de service relatif au renforcement des capacités des cadres et agents du Ministère de l’Economie, des Finances, du Plan et des ministères sectoriels.

« Le mandat du cabinet IDEA consistait à l’élaboration de manuel de gestion des investissements publics, l’élaboration des guides méthodologiques (maturation des projets d’investissement public, de suivi-évaluation et de conduite d’une étude de faisabilité), la réalisation des études de faisabilités pour les projets pilotes, l’élaboration d’un plan de formation et la réalisation de sessions de formation des formateurs. Ainsi, cette cérémonie qui nous réunit ici s’inscrit dans le cadre de la formation des formateurs, destinée à un groupe de 40 participants en gestion de projets de développement et d’investissements public, pour que ces derniers puissent participer à la dissémination du contenu technique et des guides méthodologiques au près des autres structures de l’administration Guinéenne. L’initiative est appuyée par le Groupe de la Banque mondiale, à travers le Projet d’assistance technique et de renforcement des capacités (EGTACB) financé à hauteur de 32 millions de dollars (démarré depuis 2012 et exécuté en deux phases). La cérémonie de ce matin est soutenue par les ressources de la phase2 (financement additionnel) qui faisait suite à la mise en œuvre satisfaisante par l’UCEP du premier financement entièrement décaissé pour une enveloppe de 10 millions de dollars sur la période 2012-2017 », a indiqué André Ouendouno.

Pour le directeur général du bureau technique d’appui à la programmation, Frédéric Tinguiano, les bénéficiaires de cette formation coordonnée par sa structure devraient, au retour dans leurs départements respectifs, œuvrer de manière à ce que la gestion du portefeuille des investissements en Guinée s’améliore.

Frédéric Tinguiano, direction générale du bureau technique d’appui à la programmation

« Les cadres qui sont ici ont été choisis sur CV, parce qu’on a voulu des gens qui sont effectivement impliqués dans la gestion des investissements, afin que ça ne soit pas une formation académique, mais une formation pratique. Au retour dans leurs départements respectifs qu’ils puissent la mettre en œuvre de manière à ce que la gestion du portefeuille des investissements en Guinée s’améliore. On nous a toujours dit que nous avons un faible taux de décaissement, que les projets sont mal préparés. C’est pourquoi cette formation a été ciblée spécifiquement sur la gestion des investissements », a dit Frédéric Tinguiano.

Très heureuse d’avoir pris part à cette formation de renforcement de capacité, Kadiatou Batouly Baldé, en service à la direction nationale des investissements publics du ministère de l’économie et des finances, est convaincue que cette initiative aura un impact positif sur les projets en Guinée.

Kadiatou Batouly Baldé, cadre du ministère de l’économie et récipiendaire

« C’est une formation sur la gestion des projets d’investissement public et les projets de développement du pays. Avant, on ne parlait que d’investissement seulement. Maintenant, on veut aller jusqu’au bout en faisant le pré-investissement, l’investissement et le post investissement. Cela aura un impact partout dans le pays, parce que ce sont les projets d’investissement public, c’est partout où l’État intervient dans les projets de développement de notre pays », a-t-il indiqué.

Malick Diakité pour Guineematin.com

Tel : 626-66-29-27

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS