État civil de Kaloum : 335 mariages et 3 279 naissances enregistrés en 2021

Au cours de l’année 2021, l’État civil de Kaloum (l’une des communes de Conakry) a célébré 335 mariages et délivré 3 279 actes de naissances. Ces chiffres ont été communiqués à Guineematin.com par le N°2 de ce service, qui note une baisse par rapport à 2020.

Santy Kéïta, Chef service adjoint Officier d’Etat civil délégué de Kaloum

« Du 1er janvier 2021 à nos jours (27 décembre 2021), la commune de Kaloum a enregistré 3 117 actes de naissances, 306 mariages et 75 actes de décès. En 2020, on avait enregistré 3 279 naissances, 335 mariages et 6 actes de décès. Vous remarquerez que pour cette année, il y a une régression en ce qui concerne l’enregistrement des naissances et des mariages et une nette progression des actes de décès », a indiqué Santy Keïta, chef service adjoint de l’Etat civil de Kaloum.

Selon lui, ces chiffres auraient pu être plus élevés si tous les cas de mariages, naissances et décès qui ont eu lieu dans cette commune au cours de cette année avaient été enregistrés à l’État civil. « Le Covid-19 a beaucoup impacté l’enregistrement des actes d’État civil à Kaloum. Pourtant, en 2019, on a créé des postes d’enregistrement au niveau des structures de santé. Mais, c’est seulement à l’hôpital Bernard Kouchner où le poste d’État civil marche. Celui de l’hôpital national d’Ignace Deen n’est pas opérationnel.

L’édifice et les installations sont là, mais ça ne marche pas pour le moment. Nos agents de liaison sont recrutés et formés. En 2019, il y a eu une interopérabilité entre l’administration du territoire et la santé. Et l’année suivante, cette interopérabilité a été signée entre l’administration du territoire et la justice. Donc, les textes sont là. Et nous avons 19 agents pour l’État civil, ils sont responsabilisés. Tous ces efforts visent à faciliter l’accessibilité de nos services aux citoyens », a dit Santy Keïta.

L’Officier d’État civil annonce que la commune de Kaloum a initié des campagnes de sensibilisation dans les marchés, les mosquées et autres lieux publics, pour amener les citoyens à enregistrer les actes d’État civil.

Abdallah BALDE pour Guineematin.com

Tél : 628 08 98 45

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS