Biro Soumah, président du PPC : « le CNRD est en train de violer la charte de la transition »

Quatre mois après son avènement au pouvoir, le Comité national du rassemblement pour le développement (CNRD) commence à susciter des doutes et des interrogations au sein de la classe politique. Le Parti pour le progrès et changement (PPC) relève déjà plusieurs violations de la charte de la transition par la junte militaire au pouvoir.

La formation politique dénonce les sorties « contradictoires et populistes » des militaires, qui sont contraires à la charte de la transition, faisant office de constitution pendant cette période exceptionnelle. C’est le président du PPC, Aboubacar Biro Soumah, qui l’a fait savoir au cours d’un point de presse qu’il a animé ce samedi, 8 janvier 2022, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui était sur place.

Aboubacar Biro Soumah, président du PPC

« Le PPC constate avec regret et amertume, des sorties et déclarations contradictoires et populistes du CNRD contraires à la charte de la transition qui fait office de constitution pendant cette période transitoire. Pour ce qui est de la durée de la transition, contrairement à ce que le pouvoir veut nous faire comprendre, le Conseil national de la transition (CNT) n’a aucune prérogative d’élaboration du chronogramme et la définition de la durée de la transition.

Ce travail est de la compétence des forces vives de la nation et le CNRD, selon la charte de la transition en son titre V, article 77 qui stipule que : la durée de la transition sera fixée en commun accord entre les forces vives de la nation et le Comité national du rassemblement pour le développement », a souligné ce leader politique, qui était farouchement opposé au troisième mandat d’Alpha Condé. Et le constat amer du PPC ne s’arrête pas là.

« Le PPC a aussi relevé d’autres manquements qui sont entre autres : le manque de visibilité sur les responsables du CNRD qui, pourtant, est le premier organe de la transition comme indiqué dans la charte de la transition en son article 36. La nomination de cadres ayant participé activement au changement constitutionnel pour octroyer un troisième mandat à Alpha Condé, en violation des dispositions de la charte africaine de la démocratie, des élections et de la gouvernance en son article 25 au point 4 (…).

Aussi, la décision de rebaptiser l’aéroport Gbessia et la restitution des cases de Bellevue à la famille de l’ancien président, Ahmed Sékou Touré, sont contraires à l’idée de rassemblement. Cette décision n’est pas de nature à créer la cohésion entre les Guinéens », a laissé entendre Aboubacar Biro Soumah, le président du Parti pour le progrès et le changement (PPC). Un parti membre de l’Alliance nationale pour l’alternance et la démocratie (ANAD), dirigée par Cellou Dalein Diallo.

Saïdou Hady Diallo pour Guineematin.com 

Tel: 620 589 527/ 664 413 227 

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS