Boké : les ménages éprouvés par la hausse du prix et la rareté du charbon de bois

Depuis plusieurs décennies, le charbon de bois est le combustible favori des ménages à Boké. Il est quasiment devenu incontournable pour faire la cuisine. Et, les femmes en raffolent pour diverses raisons. Mais, ces derniers temps, le charbon de bois se fait de plus en plus rare sur le marché local. Et, le peu qu’on y voit coûte cher. Les vendeurs ont revu le prix à la hausse, au grand dam des pauvres ménages. Mais, cette augmentation des prix serait due à l’interdiction de la coupe du bois en Guinée. Une interdiction qui est en vigueur dans le pays depuis le mois de juin dernier, rapporte un des correspondants de Guineematin.com à Boké.

Selon les informations, le sac de 60 kilogrammes de charbon de bois est vendu actuellement jusqu’à 40 000 francs guinéens dans la ville de Boké ; alors qu’il y a quelques mois, ce même sac se négociait à 25 000 francs guinéens.

Cette hausse éprouve les maigres économies des ménages. Et, dans certains foyers, on ne peut plus se permettre d’acheter le sac de 60 kilogrammes. C’est le cas chez monsieur Amadou Keïta, père de famille.

« Le charbon est devenu trop cher. Avant, on achetait le charbon à 25000 francs. Mais, aujourd’hui, c’est à 35000 ou 40000 francs. Sans vous mentir, actuellement, j’achète en détail pour ma femme. C’est vraiment compliqué. Les choses ne font qu’augmenter de prix dans ce pays »‎, déplore-t-il.

Mais, pour Fanta Coumbassa, vendeuse de charbon au quartier Kougnaiwadé 1, la hausse du prix du charbon de bois dans la ville de Boké est due au prix appliqué actuellement par les charbonniers. Apparemment, le prix est monté de ce côté ; et, ils vendent le sac de 60 kilogrammes jusqu’à 30000 francs guinéens.

« Ceux qui brûlent du bois dans la brousse (les charbonniers) nous vendent le sac de charbon à 25000 ou 30000 francs. Quand nous prenons, à notre tour, il y a le transport qu’on doit payer pour venir en ville. Et, arrivé en ville, moi je revends le sac à 35000 francs. Mais, d’autres revendent le sac à 40000 francs. C’est parce que le prix a été augmenté là où nous prenons le charbon que nous avons jugé aussi nécessaire d’augmenter nos prix pour avoir un peu d’intérêt », explique-t-elle.

Abondant dans le même sens, cette autre vendeuse de charbon de bois met la précarité actuelle au compte de la décision interdisant la coupe du bois en Guinée.

« Ce qui nous fatigue à propos du charbon est dû au fait que les machines sont interdites pour couper le bois. Actuellement, on coupe les bois à la main. Voilà pourquoi le prix du charbon a grimpé », justifie-t-elle sous anonymat.

De Boké, Mamadou Hady Diallo pour Guineematin.com

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS