Libération provisoire d’Oustaz Taïbou : « je ne me laisserai pas faire », martèle Thierno Nouhou Diallo

Le feuilleton judiciaire entre Mamadou Taïbou Bah (connu sous le nom d’Oustaz Taïbou) et Thierno Nouhou Diallo (Cambiste) est loin de toucher à sa fin. Quelques heures après la libération provisoire de Oustaz Taîbou de la maison centrale de Conakry (où il a passé près d’une semaine), son poursuivant, Thierno Nouhou, a organisé un point de presse à son bureau à Madina ce vendredi, 14 janvier 2022, pour « remettre les pendules à l’heure » et annoncé qu’il ne compte pas se laisser faire.

Il a assure que sa plainte pour « menace de mort et charlatanisme » est toujours en instruction au tribunal de première instance de Dixinn. Et, il prévient que « vouloir dire aux gens que c’est fini, j’ai gagné (comme Oustaz Taïbou tente de le faire croire à l’opinion depuis sa sortie de prison), est une erreur », rapporte Guineematin.com à travers un de ses journalistes.

Dans ce dossier, Thierno Nouhou Diallo ne s’avoue pas vaincu. Et, devant les professionnels de médias, il a tenu à le faire savoir, tout en évoquant les raisons qui l’ont poussé à poursuivre Oustaz Taïbou pour charlatanisme.

« Taïbou a obtenu une liberté provisoire sous contrôle judiciaire. Les gens sont étonnés ; mais, je vais dire que la condamnation ne m’appartient pas. Ce n’est pas à la partie civile d’exiger une condamnation quelconque. Ce qu’il a eu, normalement c’est de droit. Mais, aller chez des marabouts pour donner les noms des gens avec l’intention de les tuer n’est pas un acte pardonnable. C’est pourquoi, par le conseil de mes avocats, j’ai décidé de porter plainte. Et, dans les preuves que nous avons par rapport à son comportement, il a cité beaucoup de personnes. Et, cela est la suite logique d’un dossier qui est entre nous et qui est pendant devant les tribunaux. Nous sommes actuellement devant la Cour d’Appel dans le dossier de paiement en civil… J’ai eu les échos de ce maraboutage depuis longtemps, parce qu’il était en procès avec l’un de ses marabouts qu’il avait envoyé en procès à Kindia. C’est dans ça que j’ai eu les informations de son intention sur nous sont sorties. Ayant compris cela, j’ai décidé de porter plainte », a expliqué Thierno Nouhou Diallo.

Poursuivant son speech, ce cambiste a indiqué que sa plainte est toujours en instruction. Et, celle intentée contre lui par Oustaz Taïbou Bah pour « dénonciation calomnieuse » au Tribunal de première instance de Coyah a connu son épilogue à la Cour d’Appel de Conakry où le prédicateur islamique a été débouté et condamné avec sa femme à lui payer un franc symbolique.

« Cette décision est tombée le 30 décembre 2021 et ils (Oustaz Taïbou et sa femme) ont été condamnés. Parce que le juge de fond pour cette procédure a compris que je n’avais rien commis de grave et je n’ai commis aucune faute. Tout ce que je suis en train de faire, c’est de réclamer ce qu’il me doit ; et, il y a des preuves qui l’attestent », a indiqué Thierno Nouhou Diallo.

Par ailleurs, le cambiste annonce qu’il y a actuellement trois procédures sont en cours entre lui et Oustaz Taïbou.

Thierno Nouhou Diallo, cambiste

« La procédure de menace de mort est en cours, celle en paiement est en cours, ainsi que celle qu’il (Oustaz Taïbou) a initiée pour dénonciation calomnieuse. Donc, vouloir dire aux gens que c’est fini, j’ai gagné, c’est une erreur. Il (Oustaz Taïbou) se trompe lui-même, parce qu’il connaît qu’est-ce qui est dans le fond. Ce n’est pas une affaire de religion, ni d’ethnie. Et, c’est pourquoi j’ai initié toute cette procédure ; et, si tout va bien, je ne me laisserai pas faire », a martelé Thierno Nouhou Diallo.

Affaire à suivre…

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS