Fodé Mohamed Soumah : « ce CNT sera une chambre d’enregistrement et une caisse de résonance »

Après environ cinq mois d’attente, les Guinéens connaissent enfin les membres du Conseil national de la transition. Les 81 personnes qui composent cet organe législatif ont été nommées samedi dernier, 22 janvier 2022, à travers un décret du colonel Mamadi Doumbouya. Et cette décision du président de la transition suscite une vague de réactions dans le pays.

Parmi les réactions, on note celle de Fodé Mohamed Soumah, le président du parti Génération Citoyenne (GéCi). Dans un entretien qu’il a accordé à Guineematin.com, le leader politique a abordé la question du CNT avec beaucoup de pessimisme. Pour lui, l’organe qui fera office de parlement pendant cette transition ne pourra nullement jouer son rôle.

Décryptage !

Guineematin.com : dans la liste des membres du CNT, publiée samedi dernier, il n’y aucun représentant de votre parti, la GéCi. Comment avez-vous accueilli la décision des autorités de la transition d’écarter vos candidats ?

 Fodé Mohamed Soumah : tout ça pour ça comme dirait l’autre ! On demande aux coalitions de déposer les listes puis les partis. Ensuite l’administration du territoire refile le bébé suite à la multiplicité des candidatures. Enfin, la délégation ministérielle auprès de la CEDEAO est déjugée par rapport à la mise en place du CNT en décembre dernier. Comme si cela ne suffisait pas, le président de la transition sollicite à nouveau les politiques lors de ses vœux de nouvel an 2022.

Mais de qui se moque-t-on ? Alors que la transition tarde à démarrer après bientôt un semestre de gouvernance du CNRD. Pour en revenir à votre question, la GéCi avait demandé à ses partenaires d’aller vers les autres coalitions pour dénoncer l’octroi des 15 postes sur 81, voire récuser notre complicité dans une structure où notre présence compterait que pour du beurre. Mais que nenni !

Je pense que le principal critère de différenciation honnête entre les partis politiques est le parcours, le poids électoral, la représentativité dans les institutions… Car un parti a vocation à la conquête ou à l’exercice du pouvoir. Il aurait fallu faire une sélection à partir des partis qui ont participé à toutes les 6 élections depuis 2010 et poursuivre la déclinaison pour en trier 15.

Si vous regardez bien la liste où ne figure pas la GéCi qui a participé à toutes les élections majeures au point de se retrouver à la CENI et à l’Assemblée nationale, il y a des formations qui n’existent que par le nom ou qui n’ont participé qu’à une seule élection. De tout ce qui précède, ce choix arbitraire renforce ma conviction que ce CNT sera une chambre d’enregistrement et une caisse de résonance. La transition est politique et se terminera par des élections pluralistes. Mais quel camouflet pour la classe politique !

Guineematin.com : la nomination de Dansa Kourouma comme président du CNT suscite aussi une controverse, on a vu beaucoup de réactions notamment sur les réseaux. Quelle est la position de la GéCi par rapport à ce choix ?

Fodé Mohamed Soumah : la nomination controversée du président du CNT promoteur coupable/silencieux du fameux 3ème mandat et partisan d’une transition de 5 ans prouve à suffisance que ce n’est pas demain la veille. Mon sentiment est que ce n’est pas au CNT de fixer la durée de la transition, car nous risquons de répéter le scénario à la malienne avec des gens qui vont décider de la durée d’existence de leur job.

Nous allons entamer le 6ème mois de gouvernance du CNRD dans un flou absolu quant au retour à l’ordre constitutionnel. Ceci devrait interpeller les Guinéens et plus particulièrement la classe politique. La réussite de la transition que la majorité du peuple espère, c’est de poser des actes concrets qui seront poursuivis par le prochain Président de la République élu. L’État est une continuité.

A la GéCi, nous pensons qu’il est possible de réviser la Constitution de 2010 et toiletter les listes électorales durant le 1er semestre 2022, puis utiliser le reste de l’année pour les élections. Aussi, c’était au CNRD de prendre ses responsabilités depuis le départ pour présenter un chronogramme fiable devant baliser la transition jusqu’à la mise en place de toutes les élections. Personnellement, je n’attends rien d’un CNT qui ne serait pas un contrepouvoir réel, crédible ni représentatif du peuple.

Propos recueillis par Fatoumata Diouldé Diallo pour Guineematin.com

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS