Madjou Diallo (UFDG-Mamou) : « il ne revient pas au législateur d’imposer des candidats aux électeurs »

Depuis la sortie de Cellou Dalein Diallo, qui a accusé des « esprits rétrogrades » de vouloir exclure certaines personnes de la course à la prochaine présidentielle, le débat autour de la limitation d’âge s’accentue au sein de la classe politique guinéenne. Le secrétaire fédéral de l’UFDG à Mamou a évoqué cette question dans un entretien qu’il a accordé à Guineematin.com lundi dernier, 31 janvier 2022.

Tout comme le président de sa formation politique, Mamadou Madjou Diallo s’oppose catégoriquement à toute idée de limiter l’âge pour être candidat à l’élection présidentielle. Pour lui, il ne revient pas au législateur d’imposer des candidats aux électeurs.

Décryptage !

Guineematin.com : étant secrétaire fédéral de l’UFDG à Mamou, comment vivez-vous la transition militaire en cours dans notre pays ?

Mamadou Madjou Diallo, secrétaire fédéral de l’UFDG à Mamou

Mamadou Madjou Diallo : disons que depuis le 05 septembre jusqu’à récemment, nous étions dans la ferveur de l’avènement de ce pouvoir. Ça a été vraiment un salut pour tout le peuple de Guinée de se débarrasser du dictateur Alpha Condé. Tous les Guinéens se regardent maintenant en face. C’est comme si nous évoluions sur de nouvelles bases.

Guineematin.com : vous avez dit que vous étiez dans la ferveur jusqu’à récemment. Ça veut dire que le sentiment n’est plus le même aujourd’hui ?

Mamadou Madjou Diallo : effectivement. Depuis le 05 septembre, nous étions dans cette ferveur parce que juste après la prise du pouvoir, nous avons suivi les nouvelles autorités qui ont fait de très beaux discours. Ces discours ont donné de l’espoir à tout le peuple de Guinée. Ce n’est pas seulement l’UFDG, la grande majorité des Guinéens étaient contents de l’arrivée du CNRD qui nous a débarrassés définitivement de ce système, qui avait fatigué tous les Guinéens.

Mais, il y a maintenant près de deux semaines, l’UFDG a décidé de se départir complètement de cette ferveur, sortir de cette atmosphère d’applaudissement pour faire face aux nouvelles autorités dans la façon dont ils veulent dérouler leur agenda pour gérer cette transition.

Guineematin.com : c’est peut-être dans ce cadre que s’inscrit la sortie de Cellou Dalein Diallo, samedi dernier. Le président de votre parti avait mis en garde contre toute tentative d’exclure un candidat à la présidentielle en raison de son âge avancé.

Mamadou Madjou Diallo : c’est quelque chose qui n’est même pas possible. On ne peut pas exclure quelqu’un. Si on parle aujourd’hui de renouvellement de la classe politique, il ne revient pas au législateur d’imposer ou bien d’exclure qui que ce soit. C’est aux électeurs et au peuple de Guinée de décider de celui qui va le diriger. Donc, je ne pense pas que la situation guinéenne arrivera jusqu’à ce niveau. Et si les nouvelles autorités tentent d’agir ainsi, je pense que ça ne sera pas à l’avantage de la transition.

Guineematin.com : sur le plan local, quelle est la nature de vos relations avec les autres partis politiques représentés à Mamou ?

Mamadou Madjou Diallo : nous entretenons des relations normales. Même avant la prise du pouvoir par les militaires, l’UFDG n’a jamais eu de problèmes avec un autre parti politique ici à Mamou, même le RPG (l’ancien parti au pouvoir). A Mamou, notre adversaire, c’était l’administration : le préfet et le gouverneur et leurs cabinets plus les autres administrateurs territoriaux qui étaient censés être neutres. Sinon, à Mamou, l’UFDG n’a jamais eu de problèmes avec un autre parti politique.

Guineematin.com : comment comptez-vous préparer les prochaines élections à Mamou ?

Mamadou Madjou Diallo : ici à Mamou, l’UFDG n’a aucun adversaire politique. Si nous prenons les résultats des élections de 2010 à nos jours, l’UFDG est toujours passée à Mamou avec près de 100%. C’est vrai qu’il y a beaucoup de partis politiques qui sont implantés ici, mais même le RPG, pendant qu’il était au pouvoir, l’UFDG l’a toujours battu à Mamou, haut les mains. Néanmoins, nous cherchons à remobiliser les troupes, à redynamiser les structures du parti pour faire face aux prochaines échéances électorales.

Nous sommes dans cette dynamique. Il y a bon nombre de personnes qui étaient du RPG hier, qui aujourd’hui, ont frappé à nos portes. Il y en a d’autres même qui sont venus. Présentement, les chaises sur lesquelles nous nous asseyons dans notre siège ont été achetées par un responsable qui était du RPG hier. Il est très fier et nous a demandé de l’accepter afin qu’il puisse revenir parmi nous.

Guineematin.com : récemment, vous avez récupéré l’ancien siège du RPG Arc-en-ciel à Mamou. Comment cela s’est passé ?

Mamadou Madjou Diallo : au sein de l’UFDG, nous travaillons en commissions. Il y a eu des commissions qui ont été mises en place dans l’optique de renouveler le siège du parti. Donc, la commission a mené des démarches. Le RPG avait pris ce local, tout simplement parce que c’est eux qui étaient au pouvoir. Ce n’est pas parce que les propriétaires du local voulaient le leur donner.

Maintenant que le RPG n’est plus au pouvoir et ceux qui étaient ici comme administrateurs, qui gèrent non seulement l’administration mais aussi le côté politique ne sont plus ici, nous avons tendu la main aux propriétaires et ils ont accepté de nous donner le local. Nous sommes en train de le réaménager parce qu’ils avaient complètement détruit le bâtiment.

Entretien réalisé à Mamou par Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS