Balandougouba (Mandiana) : deux gendarmes grièvement blessés à Banatou par une foule en colère

Partie exécuter des mandats d’arrêt émis contre 13 personnes à Banatou (un district de la sous-préfecture de Balandougouba, dans la préfecture de Mandiana), une mission de la gendarmerie de Mandiana a été prise à partie par une foule en colère. Cette mission, composée de neuf (9) agents, a été accueillie hier, mercredi 02 mars 2022, par des populations armées de fusils calibre 12. Deux agents y ont été bastonnés et grièvement blessés, a appris le correspondant de Guineematin.com dans la préfecture de Mandiana.

Selon les informations, c’est suite aux violents affrontements du 1er février dernier entre les populations des districts de Banatou et Fragbekoro, des affrontements qui avaient fait un mort et 7 blessés par balles, que des mandats d’arrêt ont été émis par la justice de paix de Mandiana contre 13 personnes à Banatou. Et, ce mercredi, une équipe de neuf gendarmes a été dépêchée à Banatou pour exécuter ces mandats. Malheureusement, ces gendarmes ont été accueillis par une population en colère et armée de fusils de calibre 12. Cette attaque surprise a fait deux blessés graves dans les rangs des gendarmes.

« Le 04 février 2022, on nous a déposé les plaintes des deux villages à travers leurs avocats. Donc, après les enquêtes préliminaires, la transmission des procès verbaux, l’ouverture d’une information judiciaire relativement à la plainte déposé par les citoyens de Frabegkoro pour des faits d’assassinat, tentative d’assassinat, extorsion de biens, coups et blessures volontaires et complicité, les victimes ont été auditionnées et 13 mandats d’arrêt ont été décernés contre les présumés auteurs qui sont tous de Banatou. Et ce, conformément à l’article 213 du code de procédure pénale. Donc, c’est dans le cadre de l’exécution de ces mandats qu’une équipe de la gendarmerie, composée de 9 agents, s’est rendue ce mercredi 02 mars 2022, à Banatou. Mais, à leur arrivée, ils ont trouvé que les citoyens étaient tous armés de fusils calibre 12 et se sont aussitôt attaqués aux gendarmes en blessant un agent et séquestre et torture un autre », a expliqué Ibrahima Camara, le juge de paix de Mandiana, tout en promettant que la procédure dans cette affaire va suivre son cours normal.

Mais, aux urgences de l’hôpital préfectoral de Mandiana, un seul gendarme (Etienne Léno) y a été admis. Il est grièvement blessé et serait encore dans le coma.

« La victime s’appelle Étienne Léno, il a été gravement blessé. Parce que même en ce moment, le sang coule dans son oreille et il est toujours inconscient. Mais, selon lui-même, il a été bastonné par la foule à l’aide de cailloux et de bois », a confié une source médicale proche de ce dossier.

De Mandiana, Mamady Konoma Keïta pour Guineematin.com

Tél : 625 81 03 26

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS