Vers une grève des enseignants en Guinée ? « Si rien n’est fait, nous allons bouder les classes »

Une grève des enseignants plane au-dessus du secteur éducatif guinéen. La Fédération syndicale professionnelle de l’éducation (FSPE) menace de déclencher une grève illimitée en avril prochain sur l’ensemble du territoire national. C’est le secrétaire général de l’organisation syndicale, Salifou Camara, qui l’a annoncé dans un entretien qu’il a accordé à Guineematin.com, ce samedi 12 mars 2022. Il explique que cette décision fait suite au « refus » du gouvernement, de faire face aux revendications des enseignants contenues dans un mémorandum que la FSPE lui a adressé en novembre dernier.

« Nous avons déposé un mémorandum depuis le mois de novembre 2021, dans lequel nous avons énuméré tous les problèmes dont nous souffrons. Nous avons demandé une augmentation du SMIG et de la pension à hauteur de 200%. Nous avons aussi demandé la revalorisation de toutes nos primes et indemnités, mais également un budget de fonctionnement par rapport à la formation continue des enseignants. Nous avons demandé à ce que les chefs d’établissements, les IRE, les DPE, les DCE, puissent recevoir un budget de fonctionnement pour éradiquer les rançons dans les écoles, les DPE et les DCE, sans oublier la récompense des enseignants par mérite.

Nous savons aussi qu’il y a beaucoup d’écoles à l’intérieur du pays qui n’ont pas d’enseignants, donc les écoles sont confrontées à d’énormes problèmes. Même à Conakry ici, les salles de classe sont parfois pléthoriques, parce qu’on casse deux groupes pédagogiques et on les regroupe dans une salle, parce qu’il n’y a pas d’enseignants », a déclaré le syndicaliste, ajoutant que le gouvernement n’a toujours pas répondu à leur mémorandum. Selon lui, les enseignants guinéens se sentent aujourd’hui oubliés par les autorités du pays.

 

« La première préoccupation d’un père de famille, c’est l’éducation de sa famille, les autres choses viennent après cela. Mais, on a l’impression que le Colonel Mamadi Doumbouya commence à nous oublier, et c’est ce que nous ne voulons pas. Nous ne pouvons pas rester à la marge, végéter dans la galère, dans une misère atroce, et continuer à vivre comme ça pour mourir à petit feu. Aujourd’hui, le marché est devenu extrêmement cher, alors que nous savons tous qu’un sac vide ne s’arrête pas. Aujourd’hui, nous savons que les prix du riz, de l’huile, du sucre ont augmenté. Donc, tout ce que nous gagnons comme salaire ne nous sert à rien désormais. C’est pourquoi, nous avons décidé que d’ici la fin du mois de mars, si rien n’est fait, nous allons tout simplement vider les concessions scolaires », a dit Salifou Camara, secrétaire général de la FSPE.

Mamadou Yahya Petel Diallo pour Guineematin.com 

Tél : 622 67 36 81 

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS