Audition de Dr Ousmane Kaba : « c’est une politique de destruction de l’homme »

Ces derniers jours, Dr Ousmane Kaba a vécu des moments difficiles. Après avoir été empêché de sortir du pays (il a été retourné à l’aéroport de Conakry), le président du Parti des démocrates pour l’espoir (PADES) a été convoqué à la direction centrale des investigations judiciaires pour être entendu sur des faits présumés de détournement de deniers publics. Une situation révoltante pour Mohamed Fitoh Diakité, le coordinateur du PADES dans la zone spéciale de Conakry.

Dans un entretien qu’il a accordé à Guineematin.com, ce samedi 16 avril 2022, il a dénoncé un acharnement contre Dr Ousmane Kaba.

Mohamed Diakité, coordinateur du PADES dans la zone de Conakry

« D’abord, il faut que les gens sachent faire la différence entre l’interpellation et l’empêchement. Dr Ousmane Kaba n’a pas été interpellé. Il a été empêché de voyager sous prétexte qu’il a un passeport diplomatique et qu’il ne peut pas sortir sans ordre de mission préalable. C’est ainsi que Dr Oumane Kaba est retourné chez lui dans l’intention d’aller demander le lendemain le motif de cette interdiction et demander l’autorisation de voyager. Au lieu qu’il soit satisfait de sa requête, on l’a conduit directement au niveau de la direction centrale des investigations judiciaires de la gendarmerie où il a été entendu sur des faits qu’il a lui-même expliqués dans les médias.

Nous, nous avons vu une cabale politico-ethnique et médiatique pour simplement salir sa réputation. On peut peut-être approuver le fond, mais la forme, non. On est dans un pays où il y a des règles et principes juridiques. Pendant qu’il remplissait les formalités pour voyager, RFI et certains médias locaux étaient déjà informés qu’il n’allait pas pouvoir voyager avant lui. Ça montre que c’est quelque chose qui était au prime abord préparé. Encore, ce qui est déplorable, Dr Ousmane Kaba n’a jamais eu une convocation au préalable lui demandant de se présenter à tel lieu pour être entendu.

Ce problème de chèque auquel on fait allusion a été plusieurs fois dit et démontré. Il était le président de la commission d’audit en 2010, il a dit qu’il n’a pas signé de chèque. Celui qui a signé le chèque a reconnu que c’est lui, en l’occurrence M. Mathos, mais où est le problème ? Pourquoi veut-on créer des ennuis à une personne avec une histoire de chèque où il n’y a pas son nom et sa signature ? C’est révoltant ! C’est plus que de l’acharnement, c’est une politique de démolition et de destruction de l’homme », a dénoncé ce proche de l’ancien ministre et ancien député à l’Assemblée nationale.

Mais, malgré cette situation, le coordinateur du PADES dans la zone spéciale de Conakry précise que la formation politique ne va pas renoncer à son élan d’accompagner le CNRD pour la réussite de la transition. « Le PADES est un parti de paix et de démocratie. Nous représentons un grand espoir pour la jeunesse. Nous voulons qu’il y ait la paix et que les Guinéens se parlent. Nous voulons retourner devant notre histoire qui est tant douloureuse pour qu’on avance. Donc, vouloir refuser de participer à ce cadre de concertation, c’est rater notre participation à l’histoire de notre pays.

Et nous avons toujours dit que c’est cette junte à travers les actes qu’elle est en train de poser qui donne l’espoir aujourd’hui à la Guinée et à la jeunesse guinéenne. Dr Ousmane Kaba est conscient de cela. Malgré le fait qu’il soit aujourd’hui injustement pointé du doigt dans une histoire de chèque, Dr Ousmane Kaba met la Guinée en avant. C’est la raison pour laquelle nous avons participé à l’ouverture de ce cadre de dialogue. Et d’ailleurs, ça a toujours été notre position avant cet incident », a souligné Mohamed Fitoh Diakité.

Malick Diakité pour Guineematin.com

Tel : 626-66-29-27

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS