Kassory et Cie ont-ils nargué la justice ? Les précisions de leurs avocats

Ibrahima Kassory Fofana et Cie devaient comparaître ce vendredi, 15 avril 2022, devant la chambre d’instruction de la CRIEF (Cour de répression des infractions économiques et financières). L’ancien premier ministre guinéen et les membres de son gouvernement, qui sont incarcérés à la Maison centrale de Conakry, étaient attendus devant les juges qui enquêtent sur le dossier les opposant à l’Etat guinéen.

Mais les prévenus ont refusé de répondre à l’appel de la chambre chargée d’instruire le dossier. Une décision que leurs avocats ont cherché à justifier devant la presse, a constaté Guineematin.com à travers un de ses journalistes.

Selon Me Almamay Samory Traoré, membre du pool d’avocats de Kassory Fofana et compagnie, leurs clients n’ont pas nargué la justice, mais ils tiennent simplement à ce que la loi soit respectée dans cette procédure.

Me Almamy Samory Traoré

« Nous avons compris que le procureur (le procureur spécial près la CRIEF), parce qu’il a compris qu’il s’est fourvoyé, il essaie de rectifier. Mais en rectifiant, il faut le faire conformément à la loi. Il ne faut pas créer de cafouillage comme il l’a fait. Pour ne pas cautionner donc cette violation de la loi, nous nous sommes inspirés du code de procédure pénale pour saisir le président de la CRIEF pour lui demander, dans une procédure d’urgence en référé, de constater ces violations et d’ordonner la liberté de nos clients.

Lorsque ça sera fait, nous nous présenterons devant la chambre d’instruction, qui décidera du statut carcéral de nos clients. C’est cette juridiction qui décidera en ce moment si nos clients vont être placés sous contrôle judiciaire, s’ils vont être placés sous mandat ou si on va les laisser en liberté totale, ou alors même elle va aller au-delà de cela (…). Le courrier qui nous a été adressé par la chambre d’instruction dit que nos clients devaient comparaître aujourd’hui à 14 heures devant la chambre d’instruction de la CRIEF.

Et c’est au cours de cette première comparution qu’ils devraient être inculpés. Mais il se trouve déjà qu’il y a eu une première comparution devant le procureur, il y a déjà eu inculpation. Cette procédure est pendante, on vient saisir la chambre d’instruction encore. Donc, si nos clients se sont abstenus de répondre devant la chambre d’instruction, ce n’est pas pour narguer qui que ce soit, ce n’est pas parce qu’ils sont au-dessus de la loi, mais ils veulent que les choses se passent dans les règles de l’art conformément à la loi.

Ce n’est pas un refus de comparaître devant la chambre d’instruction, mais ils se sont abstenus parce que ce pourquoi ils doivent aller là-bas est déjà fait. Donc, s’ils doivent y aller, il faut d’abord qu’on annule ce qui est déjà fait, après ils vont se présenter devant la chambre d’instruction », a expliqué Me Almamy Samory Traoré au cours d’une conférence de presse organisée par le collectif d’avocats des anciens ministres d’Alpha Condé.

Ibrahima Kassory Fofana (ancien premier ministre), Dr Mohamed Diané (ancien ministre des Affaires présidentielles et de la défense nationale), Oyé Guilavogui (ancien ministre de l’Environnement, des eaux et forêts) et Diakaria Koulibaly (ancien ministre des hydrocarbures) sont en détention depuis le 6 avril 2022, à la Maison centrale de Conakry. Ils sont poursuivis par le parquet de la CRIEF pour des faits de détournement de deniers publics, enrichissement illicite, blanchiment de capitaux, corruption et complicité.

Le jugement de référé intenté par leurs avocats en vue d’obtenir leur libération est prévu le mardi 19 avril prochain, à la CRIEF.

Malick Diakité pour Guineematin.com

Tel : 626-66-29-27

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS