Affaire Nabayagate : l’avocat d’Evelyne Fola Mansaré se félicite d’une décision de la CRIEF

Appelée à se présenter à la CRIEF pour l’examen du dossier dans lequel elle est poursuivie, Mme Evelyne Fola Mansaré, ex DAF du ministère de l’Enseignement technique et de la professionnelle était ce mardi, 19 avril 2022 devant le président de la chambre de contrôle de l’instruction, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Ismaël Dioubaté et dame Evelyne Fola Mansaré, respectueusement ex ministre du Budget et ex directrice des affaires financières (DAF) au ministère de l’enseignement technique et de la formation professionnelle ont été incarcérés à la maison centrale le 22 février dernier.

Tous les deux sont poursuivis devant la CRIEF pour des faits présumés de complicité de « blanchiment et de détournement de deniers publics » dans le dossier de l’ancienne ministre de l’enseignement technique, dame Zenab Nabaya Dramé, accusée de détournement de 131 milliards 923 millions 644 mille 723 GNF.

Après avoir bénéficié d’une liberté provisoire, assortie d’un contrôle judiciaire, le 25 février 2022, madame Eveline Fola Mansaré, est sortie récemment de la maison d’arrêt de Conakry. En attendant de connaître les choses au fond dans cette affaire, la mise en cause est soumise à des conditions liées à sa mise en liberté provisoire.

Ce mardi 19 avril, cette affaire devrait être examinée au fond. Mais ses avocats ont finalement sollicité un renvoi pour leur permettre d’avoir tous les éléments nécessaires pour sa défense.

Me Valentin Mansaré, avocat

« Notre cabinet est chargé de défendre les intérêts de Madame Eveline Fola Mansaré, ex directrice des affaires financières du ministère de l’enseignement technique et de la formation professionnelle. Elle a bénéficié d’une mise en liberté provisoire assortie d’un contrôle judiciaire. Ce mardi matin, elle était appelée à se présenter ici à la CRIEF pour être entendue sur le fond. Elle s’est effectivement présentée, mais l’audience n’a pas eu lieu puisque nous avons demandé un renvoi pour la défense de notre cliente. Vous n’êtes pas sans savoir qu’elle a été démise de ses fonctions quand elle était placée sous mandat de dépôt. Elle est sortie, ça ne fait même pas une semaine. Du point de vue de son état de santé, elle est fragile. Son enfant aussi est un peu malade. Et puis, nous n’avons pas réuni toute l’armada de la défense pour pouvoir défendre cette dame », a confié Me Valentin Mansaré, un de ses avocats.

Selon cet avocat, la mise en liberté provisoire de madame Eveline Fola Mansaré assortie d’un contrôle judiciaire est soumise à un certain nombre de conditions. Il s’agit de l’obligation qui lui est faite de se présenter 2 fois par semaine à la CRIEF, l’interdiction de sortir de Conakry sans l’autorisation du juge, la confiscation de son passeport et le fait de ne pas être en contact avec ses coaccusés.

« Cette décision, comme nous sommes au fond, nous ne pouvons l’apprécier. Nous sommes contents parce qu’elle a pu recouvrer sa liberté malgré que ce soit une liberté provisoire assortie d’un contrôle judiciaire. Désormais nous allons au fond pour pouvoir complètement l’innocenter », a laissé entendre Me Mansaré.

Mamadou Bhoye Laafa Sow pour Guineematin.com

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS