Récupération des domaines de l’Etat à Siguiri : les victimes sortent pour « laver la mémoire » de leurs pères

Les victimes de l’opération de récupération des domaines de l’Etat à Siguiri sont sorties de leur silence. Ils ont animé un point de presse ce jeudi, 12 mai 2022, pour rétablir la vérité et « laver la mémoire » de leurs pères. Cette sortie fait suite à celle du maire de Siguiri, justifiant cette opération initiée par la junte militaire au pouvoir, rapporte le correspondant de Guineematin.com dans la ville.

« Profitant de leur position à un moment donné, certains citoyens sont accaparés des biens de l’Etat, sans aucune base légale. Aujourd’hui, le CNRD est là pour récupérer ces biens », a expliqué le maire de Siguiri, Koumba Sékou Magassouba, dans une déclaration diffusée à la radio. Et cette sortie n’a pas laissé indifférents les citoyens dont les maisons sont visées par cette opération de récupération des biens de l’Etat. Ces citoyens ont animé un point de presse pour répondre à cette explication, qu’ils jugent fausse et diffamatoire.

« Nous prenons la parole ce matin pour laver la mémoire de nos défunts pères, qui ont acquis leurs biens d’une manière honnête et officielle, et qui sont traités aujourd’hui comme des personnes qui se sont accaparées de façon illégale les biens de l’Etat. Ils ne sont pas parmi nous aujourd’hui, ils ne peuvent pas prendre la parole pour se défendre. Donc, c’est un devoir pour nous de les défendre en rétablissant la vérité », a déclaré Dr Moussa Keïta, le porte-parole  des victimes de l’opération de récupération des domaines de l’Etat à Siguiri.

Pour prouver que la déclaration de l’autorité communale ne tient pas la route, ces citoyens soulignent que leurs parents n’avaient aucune position leur permettant de s’accaparer des biens de l’Etat. Car, précisent-ils, la plupart d’entre eux n’étaient que de simples commerçants.

« Nos pères n’étaient pas des fonctionnaires de l’Etat, c’étaient des commerçants. Et les domaines dont il s’agit n’étaient pas des domaines bâtis de l’Etat, encore moins des domaines réservés de l’Etat. C’était des maisons qui appartenaient à des Libanais et des Syriens, qui sont rentrés chez eux après l’indépendance. Jusqu’en 1966, ces maisons étaient abandonnées. C’est ainsi que l’Etat guinéen a décidé de revendre ces maisons aux Guinéens, et nos pères les ont achetées.

Le ministère de l’habitat a fait un arrêté pour officialiser l’achat de ces maisons par nos défunts pères. Et aujourd’hui, des personnes mal intentionnées, qui veulent faire échouer le CNRD, passent par tous les moyens possibles pour créer des frustrés. Nous ne sommes pas contre la récupération des biens de l’Etat, mais nous voulons que cela se passe dans les règles de l’art », a laissé entendre Dr Moussa Keïta.

De Siguiri, Bérété Lancéï Condé pour Guineematin.com

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS