Durée de la transition : peu importe le temps que ça prendra ; l’essentiel, c’est le contenu qu’on en donnera (Par Dr Mouctar Diallo)

A juste titre, la question sur la durée de la transition fait couler beaucoup d’encre et de salive. Si d’un côté vous avez des partisans d’une transition plus ou moins longue, de l’autre vous avez les adeptes d’une courte transition réclamant un retour rapide à l’ordre constitutionnel. Mais de l’un ou de l’autre côté chacun à une raison que la raison elle-même ignore. 

En effet au stade où on en est et surtout eu égard à d’où est-ce que nous venons, force est d’insister que cette question doit être abordée avec beaucoup d’intelligence et de responsabilité. C’est pourquoi chez nous au Parti des Socio-travailleurs de Guinée (PSTG) nous pensons que dans une certaine mesure la durée de la transition compte peux. Ce qui, en réalité, devrait être notre préoccupation c’est moins la durée que les véritables chantiers auxquels les autorités et le pays par ricochet devraient faire face durant cette période. 

Nous sortons d’une décennie de gouvernance pour le moins chaotique. Le CNRD hérite d’une situation d’une extrême complexité. La raison, la logique et même le patriotisme voudraient que chaque acteur qui qu’il soit et d’où qu’il se trouve fasse en sorte que cette transition réussisse au grand bonheur du laborieux peuple de Guinée. Cette réussite est largement tributaire de l’apport inconditionnel que chacun de nous fera à la marche que le CNRD vient d’enclencher vers le développement du pays. 

Nous sommes dans un pays où tous les secteurs sont prioritaires. Nos finances publiques sont d’une extrême saleté qui mérite d’être assainie. Nous sortons d’une gouvernance où les cadres ne faisaient plus de différence entre la caisse publique et leurs poches personnelles. Ensuite il y a la question de la refondation de l’État. Là-dessus la junte militaire vient d’engager une dynamique jamais vue dans notre pays et cela mérite soutien et accompagnement. Que dire des crimes de sang ! 

La justice vient de lancer le démarrage de l’instruction dans ces dossiers à la fois sensibles et indispensables. Nous ne devons pour rien au monde bâcler ce processus. Le Président de la transition, le Colonel Mamadi Doumbouya, a dit citation : « nous devons éviter les erreurs du passé ». 

La dernière transition en Guinée a été, nous le savons tous, bâcler et la suite a été ce que ça été. Les mêmes causes produisent les mêmes effets, ceci est une loi universelle. Alors soyons prudents et surtout aimons notre nation plus que nous mêmes. Cela est une impérieuse nécessité.

Dr Mouctar Diallo, Président du Parti des Socio-travailleurs de Guinée (PSTG)

Dr Mouctar Diallo, Président du Parti des Socio-travailleurs de Guinée (PSTG)

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS