Conakry : l’opérateur économique Mamadou Saliou Baldé jugé dans une affaire de plus de 4 milliards de GNF

Le procès de Mamadou Saliou Baldé, un opérateur économique guinéen, s’est poursuivi ce lundi, 16 mai 2022, au Tribunal de première instance de Mafanco. Il est poursuivi par neuf cambistes, qui l’accusent d’émission de chèques sans provision, abus de confiance et escroquerie portant sur une somme de quatre milliards quatre cent soixante douze mille trois cent cinquante deux mille (4 472 352 000) francs guinéens, a appris Guineematin.com, à travers un de ses journalistes.

Mamadou Saliou Baldé travaille dans la gestion et le transport de produits pétroliers en Guinée. C’est dans ce cadre qu’il a reçu plusieurs montants en dollars US de la part de neuf cambistes pour acheter ces produits et les revendre. De son côté, le prévenu a émis des chèques en francs guinéens correspondant aux sommes reçues en devise. Ces cambistes lui ont donné leur argent dans le but d’avoir des intérêts (pour chaque 100 dollars investis, ils devaient gagner entre 10 000 et 15 000 GNF comme bénéfice).

Mais, au bout du compte, ils n’ont même pas récupéré l’argent investi à plus forte raison les bénéfices attendus. C’est ainsi qu’ils ont trimballé l’opérateur économique devant la justice. A la barre, le prévenu a reconnu avoir reçu des montants de la part de 8 des 9 plaignants (il a récusé le neuvième), tout en expliquant que c’est un déficit enregistré au sein de sa société qui l’a empêché de les payer. Il soutient d’ailleurs que bien avant son arrestation, il avait fait appel aux cambistes pour leur expliquer la situation et les informer qu’il ne pourrait pas honorer ses engagements.

 « Nous donnons les chèques comme garantie qui prouve que la personne nous a donné de l’argent. Un jour, je leur ai donné des chèques pour le paiement de leur argent tout en leur disant que je ne pouvais pas cette fois-là honorer mes engagements. Je les ai tous appelés, on est allés à Nongo, où je leur ai demandé  de m’accorder du temps, parce que j’avais eu des difficultés et je ne pouvais donc pas honorer mes engagements. Après, je suis allé à Dakar, où j’ai été arrêté quatre jours après mon arrivée là-bas. J’ai été détenu là-bas avant d’être rapatrié en Guinée », a expliqué Mamadou Saliou Baldé, précisant avoir utilisé l’argent des plaignants pour payer d’autres partenaires.

De son côté, l’avocat de la défense a souligné que ni le domicile du prévenu ni les lieux où les faits ont été commis ne relèvent du ressort du tribunal de Mafanco. En plus de cela, dit-il, son client est déjà poursuivi par les mêmes personnes devant le Tribunal de première instance de Dixinn. C’est pourquoi, il a demandé une clarification avant la poursuite des débats. En réponse, le juge a fait remarquer qu’il y a au moins une opération qui a été faite à Coléah, qui relève de sa juridiction. Donc, « la question de la compétence est réglée », a-t-il tranché. En ce qui concerne l’action qui aurait été engagée au tribunal de Dixinn, le juge dit n’avoir reçu aucun acte qui le prouve.

Au terme des débats, le tribunal a renvoyé l’affaire au 30 mai prochain pour les réquisitions et plaidoiries.

Mamadou Yaya Baldé pour Guineematin.com

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS