Conflits, Climat et Covid-19 en Afrique et dans le monde : conclusions du sommet du PMNCH et CORE Group

Le sommet virtuel ‘‘Des vies en jeu’’ a été co-organisé par le PMNCH, la plus grande alliance mondiale pour la santé et le bien-être des femmes, des enfants et des adolescents, et CORE Group. Jeudi 19 mai 2022, Il a rassemblé près de 900 participants de plus de 90 pays pour discuter des défis à relever pour protéger la santé et le bien-être des femmes, des enfants et des adolescents dans le contexte de COVID-19 et de l’instabilité croissante dans le monde, ainsi que des politiques et des investissements financiers nécessaires pour assurer la continuité des services vitaux.

 

Le monde est confronté à des crises humanitaires d’une ampleur sans précédent. Les conflits, les extrêmes climatiques et l’impact économique de la pandémie du COVID-19 constituent un trio dangereux qui risque de compromettre des décennies de progrès réalisés sur le plan de la santé et du développement social des femmes, des enfants et des adolescents issus des couches les plus pauvres et les plus vulnérables du monde.

Les délégués prenant part au sommet sur le thème Des vies en jeu : honorer ses engagements dans les contextes humanitaires et fragiles, le 19 mai 2022, ont appelé à un investissement multisectoriel urgent pour assurer la continuité des services et des soins de santé pendant la réponse à la pandémie et le rétablissement, avec un soutien supplémentaire pour ceux qui sont confrontés à des situations humanitaires et fragiles.

La guerre en Ukraine n’est que la plus récente d’une succession de conflits et de crises dévastateurs qui affectent le monde. Plus de deux milliards de personnes, dont la moitié des populations les plus pauvres du monde, vivent actuellement dans des régions en crise humanitaire et fragile. Les conflits, les instabilités politiques, la pandémie du COVID-19, l’insécurité alimentaire, la récession économique mondiale et les changements climatiques affectent la santé et les opportunités des citoyens les plus pauvres et les plus vulnérables du monde, notamment dans la région du Sahel en Afrique.

L’alerte des leaders

« Malheureusement, 80% des crises humanitaires mondiales se retrouvent aujourd’hui en Afrique. Et des situations comme celles du Sahel, dans la Corne de l’Afrique, de l’Afrique de l’Est et de l’Afrique australe ne font qu’aggraver cette situation », a déclaré Dr Margaret Agama-Anyete, directrice par intérim du département Santé, affaires humanitaires et développement social de l’Union africaine.

« Bien sûr, des facteurs exogènes comme la guerre en Ukraine contribuent également à compromettre les progrès accomplis sur le plan de la nutrition et de la santé sexuelle et reproductive. A cela s’ajoute le fait que le continent dans son ensemble n’est pas préparé et ne dispose pas de systèmes de défense adéquats pour faire face à bon nombre de ces problèmes qui entraînent des situations humanitaires. Et bien sûr, nous ne pouvons pas oublier la question du changement climatique et des situations humanitaires liées au climat ».

« La question que nous devons nous poser, ainsi qu’à nos dirigeants politiques, est de savoir quel genre d’ordre mondial nous construisons pour nos enfants », a déclaré Très Hon. Helen Clark, présidente du conseil d’administration du PMNCH et ancienne première ministre de la Nouvelle-Zélande. « S’agit-il d’un monde marqué par des urgences sanitaires mondiales, des catastrophes climatiques, la famine, la guerre, l’inégalité des sexes et une pauvreté croissante ? Ou un monde tel qu’envisagé par les Objectifs de Développement Durable, où la couverture sanitaire universelle et un avenir meilleur et plus durable sont une réalité non pas de certains, mais de tous», a-t-elle poursuivi.

« Notre réunion d’aujourd’hui envoie un message puissant : Des vies sont en jeu. Nous n’acceptons pas que les femmes et les enfants doivent supporter le fardeau. Nous en sommes témoins et nous sommes résolus à résister – à parler d’une seule voix pour un monde plus équitable et plus pacifique. C’est l’objet de la quatrième édition du sommet Des vies en jeu», a-t-elle ajouté.

Des chiffres qui interpellent

Environ un cinquième de la population mondiale de femmes et d’enfants vit dans des pays en proie à des conflits armés, avec un record de 56 conflits actifs documentés en 2020. Selon l’aperçu humanitaire mondial 2022, le nombre de personnes ayant besoin d’une aide humanitaire dans le monde a augmenté à 274 millions de personnes cette année, battant le record de 235 millions de personnes établi en 2021. La mortalité maternelle augmente de 11 % en moyenne et de 28 % dans les conflits relativement plus intenses, par rapport aux périodes sans conflit.

Les régions fragiles présentant des taux de pauvreté déjà élevés et des structures économiques précaires ont été frappées beaucoup plus durement que les autres par la pandémie du COVID-19. Environ 97 millions de personnes supplémentaires vivent avec moins de 1,90 dollar à cause de la pandémie, ce qui fait passer le taux de pauvreté mondial de 7,8 à 9,1 %.

La pandémie du COVID-19 a également exacerbé la faim et la malnutrition des enfants. En 2022, les perturbations provoquées par le COVID-19 et les problèmes d’approvisionnement pourraient plonger 9,3 à 13,6 millions d’enfants supplémentaires dans la malnutrition aiguë.

Le changement climatique et les catastrophes naturelles exercent un stress et une pression immenses sur les gouvernements et les sociétés, en particulier dans les milieux fragiles qui ont déjà du mal à faire face à d’autres pressions socio-économiques et politiques. Les dix dernières années ont été les plus chaudes jamais enregistrées et le nombre de catastrophes liées au climat a triplé au cours des trente dernières années. Aujourd’hui, plus de 400 millions d’enfants vivent dans des zones où les risques d’inondation sont élevés ou extrêmement élevés.

Il faut agir

Si la communauté internationale veut vraiment ne laisser personne de côté, elle doit mettre en œuvre une approche fondée sur les droits et des stratégies de renforcement de l’équité qui répondent pleinement aux besoins des plus marginalisés, qui vivent trop souvent dans des contextes humanitaires. Ils doivent être correctement financés, de préférence par des fonds pluriannuels, non marqués et diversifiés. Les programmes doivent permettre aux acteurs locaux de prendre des décisions et leur donner les moyens de s’assurer que les services nécessaires et appropriés sont fournis aux femmes, aux enfants et aux adolescents dans les situations humanitaires.

L’éventail complet des services de santé essentiels (en particulier les services de santé sexuelle et reproductive) pour les femmes, les enfants et les adolescents doit être fourni dans les contextes humanitaires et fragiles, avec des fonds désignés pour que ces programmes et services puissent se poursuivre, voire s’étendre. En outre, nous devons améliorer la qualité et la quantité des données recueillies sur la santé des femmes, des enfants et des adolescents, qui ont toujours été médiocres et qui entravent les efforts visant à réagir rapidement et efficacement.

Les agents de santé sont essentiels pour assurer la continuité des soins de santé essentiels pour les femmes, les enfants et les adolescents, tant pendant la pandémie qu’en période de conflit.  Tout mécanisme de préparation et d’intervention pour faire face aux futures pandémies devrait tenir compte spécifiquement des contextes humanitaires et donner la priorité à la protection du personnel de santé en contexte humanitaire, y compris les infirmières et les sages-femmes.

« ‘Des vies en jeu’ a été l’occasion pour nous tous d’apprendre, d’écouter, de réfléchir ensemble, de partager et d’identifier les moyens de collaborer pour un monde plus juste et plus équitable, où chacun est en mesure de réaliser ses droits humains », a déclaré Lisa Hilmi, directrice exécutive de CORE Group.

La série de sommets virtuels « Des vies en jeu » a servi de plateforme innovante et inclusive pour le dialogue et l’action menés par les partenaires sur le COVID-19 et la santé des femmes, des enfants et des adolescents. Le premier sommet en 2020 a vu le lancement de l’appel à l’action du PMNCH sur le Covid-19, qui a présenté sept demandes pour protéger et promouvoir la santé des femmes, des enfants et des adolescents et qui sert de base au plaidoyer continu du PMNCH. À ce jour, 21 engagements ont été pris pour un montant de 32,1 milliards de dollars. Ce quatrième sommet de la série s’est concentré sur le respect des engagements dans le contexte de la pandémie de COVID-19 et du nombre croissant de crises dans des contextes humanitaires et fragiles. Rendez-vous sur www.livesinthebalancesummit.org  pour revivre les messages poignants de l’édition 2022 du sommet virtuel ‘Des Vies en Jeu’.

Par le PMNCH

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS