Affaire Tamba et Esther : le procureur Charles Wright s’oppose à la libération de Korbonya Baldé

La joie a été de courte durée pour Ibrahima Korbonya Baldé. Le procureur général près la Cour d’appel de Conakry, Alphonse Charles Wright, s’est opposé à sa libération. Le jeune communicant du RPG Arc-en-ciel va donc devoir rester en détention préventive, a appris Guineematin.com, à travers un de ses journalistes.

La bataille judiciaire menée par l’avocat de Korbonya Baldé semblait porter fruit. Hier, lundi 23 mai 2022, la chambre de contrôle de l’instruction de la Cour d’appel de Conakry a ordonné la mise en liberté du communicant du RPG Arc-en-ciel (l’ancien parti au pouvoir) et son placement sous contrôle judiciaire. Le jeune homme s’attendait à sortir de prison ce mardi, lorsque la mauvaise nouvelle est tombée.

Le procureur général près la Cour d’appel de Conakry, s’est opposé à sa libération. Alphonse Charles Wright a introduit un recours contre l’ordonnance de mise en liberté prise par la chambre de contrôle de l’instruction. Ce qui suspend donc l’exécution de cette décision.

Ibrahima Korbonya Baldé a été interpellé le samedi 14 mai dernier et conduit dans les locaux de la direction centrale de la police judiciaire. Après quelques jours passés en garde à vue, il a été inculpé le mardi, 17 mai 2022, par le Tribunal de première instance de Mafanco, et placé en détention préventive à la Maison centrale de Conakry.

Le jeune homme, actif sur Facebook, est poursuivi avec d’autres citoyens (non encore arrêtés) pour des faits « de menaces de mort, d’injures, de production, de diffusion et mise à disposition d’autrui de données de nature à troubler l’ordre et la sécurité publics, divulgation de fausses informations, le tout, par le biais d’un système informatique et sur les réseaux sociaux, notamment Facebook, commis au préjudice de Tamba Zacharie Millimouno, journaliste en service au Groupe Hadafo Médias ».

Cela, en raison de plusieurs publications qu’ils ont faites pour dénoncer le mariage entre le journaliste Tamba Zacharie Millimouno et Ousmane Hawa Bah, devenue désormais Esther Millimouno. Un mariage scellé contre la volonté des parents de la fille, qui a changé de religion et de nom pour embrasser ceux de son mari.

Alpha Fafaya Diallo pour Guineematin.com

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS