Agressions de 2 journalistes à Kankan : le SPPG menace de saisir le tribunal militaire

Dans une déclaration publiée ce mercredi, 25 mai 2022, l’antenne régionale du Syndicat des professionnels de la presse de Guinée (SPPG) à Kankan a réagi aux agressions de deux journalistes enregistrées hier dans la ville. Ahmed Sékou Nabé, journaliste à la radio Espace Kankan et correspondant du site Mediaguinee ; et Cheick Sékou Berthe, rédacteur en chef de la radio Nourdine FM et correspondant du site Guineenews, ont été violentés verbalement et physiquement par le colonel Charles Kolipé Lamah, commandant adjoint du camp militaire de Kankan.

L’antenne régionale du SPPG condamne ces agressions et réclame des sanctions à l’encontre de l’officier de l’armée. Elle n’exclut pas aussi de porter plainte contre lui devant le tribunal militaire.

DECLARATION N°01/SPPG/2022

C’est avec un grand regret et une grande indignation, que l’antenne régionale Kankan, du syndicat des professionnels de la presse de Guinée, a constaté dans la matinée du mardi 24 MAI 2022 l’agression physique et verbale suivi de menace par un haut gradé du nom de COLONEL CHARLE KOLIPÉ LAMA le commazone, adjoint de la 3ème région militaire de Kankan, a l’encontre des journalistes-reporters : HAMED SEKOU NABE de la radio espace Kankan; correspondant du site MEDIAGUINEE et SEICK SEKOU BERTH, rédacteur en chef de la radio Nourdine FM et correspondant du site Guineenews à Kankan.

En effet: comme beaucoup d’autres journalistes, ces journalistes, HAMED SEKOU NABE et SEICK SEKOU BERTH étaient sur les pas des autorités qui ont démarré ce matin mardi 24 MAI 2022 les opérations de déguerpissement des emprises de la route nationale Kankan-Kouroussa. Le journaliste Hamed Sékou Nabé a été repousse de force à maintes reprises, humilié, offensé verbalement, son téléphone retiré et toutes les images qu’il avait prises supprimées. Et l’autre confrère SEICK SEKOU BERTH a été agressé physiquement et verbalement par la même personne, tout en menaçant de l’emprisonner.

Le SPPG-Kankan, condamne avec la dernière énergie ces multiples agressions infondées à l’encontre des journalistes dans l’exercice de leur métier. Des agressions inadmissibles venant des éléments censés assurer la sécurité mais surtout garantir la liberté de la presse dans notre pays.

Le SPPG Kankan n’exclut pas d’engager des procédures judiciaires auprès du tribunal militaire pour fustiger cet acte qui ne reflète en rien l’image de l’armé guinéenne. Par ailleurs, si rien n’est fait dans un bref délai, le SPPG Kankan passera à la vitesse supérieure.

L’antenne régionale du SPPG à Kankan réitère sa solidarité et sa compassion aux confrères victimes de ces agressions et par la même occasion, invite les hommes de média et organes de presse de Kankan à l’union sacrée pour que cessent les atteintes à l’intégrité physique et morale des journalistes dans la région administrative de Kankan.

A bas les agressions à l’encontre des journalistes ! vive la liberté de la presse à Kankan !

Ensemble nous pouvons !

Le Bureau exécutif

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS