Conakry : les 100 premiers jours du CNT diversement appréciés par les citoyens

Comme annoncé précédemment, le Conseil National de la Transition (CNT) célèbre ce mercredi, 25 mai 2022, ses 100 jours depuis son installation le 05 février dernier par le comité national du rassemblement pour le développement. Cette célébration est une occasion pour cet organe législatif de la Transition de présenter aux Guinéens le bilan de ses activités durant cette « période de grâce ».

Mais, dans les rues de Conakry, les populations ont des avis divergents sur ce qui est du bilan de cette institution. Au micro d’un reporter de Guineematin.com ce mercredi, quelques citoyens de la capitale guinéenne ont dit ce qu’ils pensent des activités jusque-là menées par le CNT.

Décryptage !

Louceny Sacko, commerçant

Louceny Sacko, dit ‘’Dozo’’ : « Pratiquement je n’ai rien vu de positif. A mon avis, ils n’ont rien fait de positif pendant ces 100 jours. Ils sont là, en tant que gardiens de la loi, mais quand le colonel Mamadi Doumbouya prend des décisions illégales, ils ne réagissent pas. Le colonel a interdit les manifestations de rue, le CNT n’a rien dit. Or, ils sont là pour empêcher les gens de faire le laisser aller et éviter d’amener le pays sur une piste glissante. Le CNT doit être un intermédiaire entre le peuple et l’exécutif. Mais, aujourd’hui, tout ce que le pouvoir dit, le CNT est pour, même si ce n’est pas logique. Donc, si je dois faire un pourcentage, je dirais que le bilan est de 35% ».

Youssouf Doukouré, coiffeur

Youssouf Doukouré, coiffeur : « Le CNT a échoué du fait qu’il n’a pas pu négocier afin que la Transition soit courte. Pendant ces 100 jours,  le CNT a été incapable de mettre en place des projets de loi qui doivent garantir la paix et la sécurité dans le pays. Depuis que le CNT est en place, il est en train de faire la campagne pour le CNRD. Les 100 jours de cette institution, c’est un bilan négatif. Ils ont raté leur mission. La Guinée a besoin des lois qui garantissent la paix et la sécurité et non des lois fabriquées par le président pour traquer ceux qu’il veut prendre. Ces derniers temps, on a vu le colonel Mamadi Doumbouya jouer avec la loi pour régler ses comptes avec des gens. Et, le CNT qui est là ne dit rien. Or, c’est cette institution qui devrait interpeller l’exécutif, mais elle ne dit rien. Donc, elle a raté sa mission ».

Aboubacar Konaté, marchand

Aboubacar Konaté : « On ne peut pas dire que tout est positif, tout comme on ne peut pas dire aussi tout est négatif. Ce qui reste clair quand-même, dans les 100 jours, des actes positifs ont été enregistrés. Au moins, le CNT a pu mettre en place un chronogramme de 36 mois pour la durée de la Transition. Ça,  c’est une avancée. Parce que tout le monde connaît maintenant la durée de la Transition, même si certains s’y opposent. Donc, pour moi, dans les 100 jours, il y a eu des actes positifs. Et, on prie le bon Dieu pour que le pays arrive à bon port ».

Mohamed Diallo, commerçant

Mohamed Diallo : « Moi je trouve que le bilan des 100 jours du CNT est positif. Pourquoi positif ? Parce que nous nous voulons toujours aller de l’avant afin qu’on puisse faire les élections dans un délai très court. Nous savons que les nouvelles autorités de la Transition sont là juste pour un temps qui ne sera pas long. Moi, actuellement, j’apprécie les œuvres du CNT, parce qu’on a que cette institution pour le moment.  Donc, on ne peut pas la critiquer jusqu’à un certain niveau. On ne peut pour le moment que s’en réjouir de cette institution. Et, nous prions le bon Dieu qu’elle puisse répondre aux attentes de la population. Qu’ils accélèrent les jalons qu’ils ont commencé pour que la Transition passe vite et dans les meilleurs délais ».

 

Saïdou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tel : 620589527/664413227

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS