Boké : des acteurs du développement à l’école des Droits de l’homme

Des agents des forces de l’ordre, des administrateurs territoriaux, des agents environnementaux, des partis politiques, des élus locaux et quelques acteurs de la société civile de Boké assistent à une formation sur les Droits de l’homme. Le séminaire, entamé dans la journée d’hier, dimanche 19 juin 2022 à Boké, est initié par le programme Démocratie Sans Violence « la baïonnette intelligente ». Les formateurs et les participants discuteront sur plusieurs thématiques liées aux Droits de l’Homme et aux relations entre civils et militaires, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

La cérémonie de lancement a été présidée par le préfet de Boké. Le Colonel Seny Silver Camara a dit tout l’intérêt de cette activité de formation avant d’inviter les participants à en tirer le meilleur.

Colonel Seny Silver Camara, préfet de Boké

« Cette activité qui vise à un rapprochement des acteurs civilo-militaires, tous respectueux des droits de l’homme, contribuera sans doute à relever les nombreux défis du terrain pour un changement démocratique non violent en Guinée. A cet effet, je vous invite à tout mettre en œuvre pour vous approprier des contenus de cette formation. Toute chose qui vous permettra de travailler plus aisément dans vos activités socio-professionnelles ».

Mamadou Kaly Diallo, responsable du bureau DSV-BI

Pour sa part, Mamadou Kaly Diallo, membre du comité d’organisation de cette activité a rappelé les objectifs de cette formation. « C’est une série de formations organisée par le programme Démocratie Sans Violence « Baïonnette intelligente » dans notre ambition d’aider la Guinée d’arriver à un changement démocratique sans violence, à l’instauration d’un Etat de droit sans violence. Nous avons entamé des séries de formations allant dans le sens des relations civilo-militaires. Nous allons dérouler des thématiques comme le maintien d’ordre, la manifestation dans le droit positif guinéen, la responsabilité du supérieur hiérarchique et la responsabilité individuelle, le code de bonne conduite des FDS, Stratégie de la lutte non violente et bien d’autres thèmes. Nous pensons qu’en outillant ces acteurs sur ces larges connaissances, ça pourrait aboutir à une réduction de la violence », soutient-il.

Le Colonel Mamadi Sidibé, expert-formateur en Droits de l’homme et droit international humanitaire, a expliqué ce qu’il compte apporter aux participants.

Colonel Mamadi Sidibé, expert-formateur en Droits de l’homme et droit international humanitaire

« Il s’agit de mettre les participants au même niveau de connaissance du droit que nous autres, pour qu’ils puissent user de leurs droits en temps réel et pour qu’ils puissent revendiquer leurs droits qui leur sont reconnus dans les lois de notre pays. Moi, je vais intervenir sur le maintien d’ordre public, le droit positif guinéen, la manifestation, les acteurs de maintien d’ordre ».

Mamadou Malick Diallo

De son côté, Mamadou Malick Diallo, un des participants à ce séminaire, est revenu sur ses attentes. « Nous attendons de cet atelier de formation la maîtrise des notions de droit de l’homme, parce qu’on ne peut pas réclamer ses droits quand on ne connait même pas c’est quoi le droit. A la fin de cet atelier, nous devons connaitre nos droits et connaître comment les défendre. Et je demande aux organisateurs de multiplier ce genre de formations. Car on ne peut pas transformer la mentalité d’un homme sans le former ».

La région administrative de Boké est la dernière étape d’une formation de ce genre initiée pour toutes les régions administratives du pays.

Depuis Boké N’Diaré Diallo pour Guineematin.com

Tel : 628-98-49-38

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS