Guinée : des femmes politiques en conclave pour la mise en place d’African Women Leaders Network

African Women Leaders Network (AWLN), créé en 2017 à New York sur initiative de madame Ellen Johnson Searlif, ancienne présidente du Libéria, va s’installer en Guinée. La structure vise à renforcer le leadership des femmes dans le développement de l’Afrique, conformément à l’Agenda 2063 de l’Union africaine et aux Objectifs de développement durable à l’horizon 2030 des nations Unies. En prélude à cette installation, plusieurs femmes des partis politiques guinéens se sont réunies dans la journée d’hier, jeudi 23 juin 2022, à Conakry, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Des femmes issues des rangs de certains partis politiques (UFDG, UFR, GéCi, MoDeL, PGPD, PDG-RDA, Bloc libéral…) se sont rencontrées en prélude à l’installation de l’AWLN en Guinée. Le réseau dispose déjà de 29 chapitres installés sur le continent et le 30ème doit être mis en place en Guinée le 06 juillet prochain.

La rencontre de Conakry vise à mettre ces femmes ensemble pour parler d’une seule voix. À la fin des échanges, elles ont salué l’initiative et se sont engagés à passer l’information au sein de leurs formations politiques respectives.

Mme Yansané Bintou Touré, vice-présidente du Réseau des femmes ministres et parlementaires de Guinée, présidente du Parti Guinéen pour Progrès et le Développement (PGPD), explique qu’il était important de réunir les femmes politiques pour parler de ce réseau.

Mme Yansané Bintou Touré, vice-présidente du Réseau des femmes ministres et parlementaires de Guinée, présidente du Parti Guinéen pour Progrès et le Développement (PGPD)

« African Women Leaders Network se veut un cadre de concertation des femmes africaines pour participer de façon efficiente et efficace dans le développement, notamment pour la paix, la sécurité, la mobilisation sociale, initier un système de mentorat pour les jeunes femmes leaders à travers des actions inter-générationnelles. AWLN sera lancé le 06 juillet ici mais à l’interne. Nous avons quand même fait assez d’efforts, assez de travail pour que le lancement puisse se passer très bien. Donc, il faut rappeler que AWNLN a décliné 6 domaines entre autres qui sont : la participation politique, la mobilisation sociale, l’inclusion financière, le leadership des jeunes femmes, la paix et la sécurité et l’autonomisation des femmes rurales. Donc à l’interne, avant le lancement, nous avons initié des causeries et de la communication sur AWLN par domaine. Donc aujourd’hui, c’était le tour des femmes en politique. On a estimé qu’il était important, nécessaire de réunir les femmes en politique pour leur expliquer qu’est-ce que AWLN, les objectifs de AWLN, comment les chapitres sont mis en place, sa genèse et son bien-fondé. Et l’aboutissement devrait être normalement la création d’un seul cadre de femmes en politique en République de Guinée. Parce que lors de la présentation, on a constaté qu’il y a beaucoup de groupes de femmes en politique, il y a beaucoup de plateformes qui se sont créées et AWLN est clair là-dessus : il ne peut travailler qu’avec un seul cadre, c’est-à-dire un seul Bloc de femmes en politique », a-t-elle indiqué.

Quatre (4) commissions ont été mises en place pour faire le travail sur le lancement du réseau, prévu 06 juillet : la commission mobilisation, la commission logistique-hébergement-restauration, la commission recherche de fonds et la commission administrative.

A l’issue des débats, Madame Yansané Bintou Touré est revenus sur la méthodologie de travail. « On a demandé aux femmes politiques de s’inscrire dans chaque commission. L’idée est de faire participer les femmes depuis le début pour qu’elles se sentent concernées. Elles se sont inscrites dans les différentes commissions. La présidente du point focal étant hors du pays, nous allons directement commencer le travail technique les jours qui viennent… Et techniquement on a décidé qu’on va se rencontrer le 28 de ce mois pour rédiger les textes qui vont régir le nouveau cadre pour décider de la façon par laquelle nous voulons que les élections se tiennent pour désigner la porte-parole de ce cadre. Un porte-parolat tournant. Nous avons décidé que les femmes qui vont se présenter comme candidates viendront convaincre le public, les électeurs pour pouvoir être choisies. Et ça va se faire officiellement, nous allons inviter nos leaders politiques, nous allons inviter les autorités pour dire que nous les femmes, nous pouvons organiser des élections libres, transparentes et crédibles pour que la porte-parole qui sera élue soit la seule qui va porter le message des femmes politiques guinéennes partout où besoin sera », a-t-elle précisé.

Au sortir de la rencontre, Mme Oumou Lamarana Diallo, membre du bureau politique national du Bloc libéral, rappelle que le programme va aider les femmes à atteindre leurs objectifs. Elle invite ses consœurs à se joindre au réseau.

Mme Oumou Lamarana Diallo, membre du bureau politique national du Bloc libéral

« Nous pensons que le programme AWLN vient à point nommé. Beaucoup de femmes politiques qui sont dans les partis politiques sont représentées aujourd’hui dans ce programme AWLN, qui va nous aider à atteindre des objectifs de parité dans les partis politiques, les objectifs futurs des femmes. Nous appelons les femmes qui sont dans les partis politiques, les femmes qui occupent des postes de responsabilité dans les partis politiques, les femmes qui viennent dans les partis politiques sans aucun poste de responsabilité, de venir participer. C’est un programme qui va aider au renforcement des capacités des femmes qui veulent participer à la gestion de la chose publique. Nous demandons à toutes les femmes des différents politiques de venir s’investir dans ce programme. C’est un programme international, parce c’est un programme qui vient des systèmes des Nations-Unies. Donc, ça va forcément affecter notre militantisme et notre engagement pour le meilleur de la Guinée ».

Pour sa part, Hadja Foulématou Diarra, membre du bureau politique national du PDG-RDA, a souligné que l’AWLN ne peut pas s’adresser à un seul parti politique, d’où l’intérêt de s’unir.

Hadja Foulématou Diarra, membre du bureau politique national du PDG-RDA

« J’ai retenu beaucoup de choses de cette réunion. La première des choses, c’est la première fois que j’entends parler de l’AWLN, qui est initié par des femmes leaders. Et on demande à la Guinée d’avoir une structure qui sera peut-être le 30ème chapitre d’AWLN en Afrique. Donc, c’est avec une joie immense que je sors de cette rencontre. Parce que ça permet à toutes les femmes politiques d’être représentées soit dans une première commission, soit dans une structure, sur une plateforme ainsi de suite. Mais l’AWLN ne peut pas s’adresser à un seul parti politique, le réseau veut l’association de toutes les femmes des politiques agréés en Guinée. Donc, c’est à l’unisson de toutes ces femmes politiques en Guinée que nous allons trouver un bureau, une plateforme, avec une seule porte-parole qui va parler au nom de toutes les femmes politiques en Guinée ».

Mamadou Yahya Pétel Diallo pour Guineematin.com 

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS