Des candidats au hadj encore coincés à Conakry : les assurances d’Elhadj Karamo Diawara

Comme annoncé dans une de nos précédentes dépêches, plusieurs candidats au hadj sont encore coincés au centre islamique de Donka (à Conakry) où ils attendent impatiemment leur départ pour les lieux saints de l’islam. Et, alors qu’on s’achemine vers les derniers convois, ces hommes et femmes qui brûlent d’envie de rallier la Mecque pour accomplir le pèlerinage musulman s’inquiètent sur leur sort.

Déjà, dans la journée d’hier, lundi 27 juin 2022, ils ont manifesté leur ras-le-bol face à cette interminable attente à laquelle ils sont soumis. Mais, dans un entretien accordé à Guineematin.com ce mardi, Elhadj Karamo Diawara, le secrétaire général des affaires religieuses, est revenu sur les raisons du retard de ces pèlerins guinéens. Il a également rassuré des dispositions prises pour les convoyer à la Mecque.

« Les résultats positifs concernant le test PCR du premier Convoi par exemple compte 14 personnes, d’autres convois 25 personnes, un autre convoi aussi 41 personnes. Tous  ces nombres-là se répercutent sur le dernier convoi. C’est pourquoi nous avons jusqu’à présent quelque 103 pèlerins dans nos mains. Ceux-ci sont des pèlerins légaux. Certains étaient testés positifs à l’aéroport, à ma présence. Mais, l’avion n’était pas autorisé à les prendre. C’est l’avion d’hier qui n’a pas pu transporter tous les pèlerins… Les résultats positifs ne dépendent ni du secrétariat général, ni de l’équipe médicale. Ça, c’est la volonté de Dieu. On pouvait les éliminer directement, mais nous les avons mis sous traitement afin qu’ils puissent avoir les chances que Dieu leur a accordées cette année. Donc, le reste, on a les passeports visés. Je viens de l’ambassade de l’Arabie Saoudite comme ça. Donc, on est en train de prendre toutes les dispositions à travers l’avionneur pour avoir un vol additionnel pour transporter non seulement les pèlerins qui sont dans nos murs, mais aussi nos frères dont le chef de cabinet vient de parler. Ils viendront de leurs préfectures, ils ne sont pas dans nos quotas, mais ce sont des Guinéens. Plus de 300 personnes qui quittent leurs préfectures aujourd’hui sont là. En ma qualité de responsable religieux, mon cabinet soucieux du bien-être des pèlerins guinéens, nous sommes en train de se battre pour que l’Arabie Saoudite accorde une fois encore pour la Guinée d’autres visas supplémentaires », a indiqué Elhadj Karamo Diawara.

Amadou Baïlo Batouala Diallo pour Guineematin.com

Tel : (00224) 628516796

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS