Détournement de 1 277 226 940 GNF à la caisse nationale de prévoyance sociale : « oui, j’ai transféré ce montant à N’Zérékoré », dit Fodé Cissé à la barre

Poursuivis pour détournement de deniers publics et complicité, Dr Fodé Cissé, ex directeur général de la caisse nationale de prévoyance sociale (CNPS), et Fodé Sirakahata Bangoura, ex informaticien de la direction de ladite caisse, ont comparu de nouveau ce mercredi, 29 juin 2022, devant la chambre de jugement de la cour de répression des infractions économiques et financières (CRIEF). Et, à la barre, l’ancien patron de la CNPS a reconnu avoir transféré de l’argent à l’agence de N’zérékoré. Mais, il a précisé que ce transfert a été effectué pour éviter que cet argent soit payé à des personnes qui n’en avaient le droit, rapporte Guineematin.com à travers un de ses journalistes.

Dans cette affaire, les faits poursuivis contre Dr Fodé Cissé et son informaticien (Fodé Sirakahata Bangoura) remonteraient à la paie de la pension au compte du mois de mars dernier (effectuée au mois d’avril 2022). Une paie à l’occasion de laquelle l’ancien directeur de la CNPS aurait transféré à N’Zérékoré 1178 titres de pensions venant de toutes les préfectures et les cinq (5) communes de Conakry, pour un montant total de 1 277 226 940 francs guinéens. Et, antérieurement à ces faits, Dr Fodé Cissé aurait, pendant la paie de février 2022 (effectuée au mois de mars dernier), ordonné aux 39 chefs d’agence de lui verser les montants des cas de décès. Certains auraient répondu à sa demande en lui envoyant l’argent et d’autres se sont tout simplement abstenus de donner une suite favorable à cette demande.

Pour tromper la vigilance des familles de pensionnés décédés, Dr Fodé Cissé aurait annoncé avoir bloqué 1178 titres de pension. Mais, à la barre ce mercredi devant la chambre de jugement de la CIREF, Dr Fodé Cissé a dit être victime des réformes qu’il a engagées à la caisse nationale de prévoyance sociale.

« Oui, j’ai transféré ce montant (1 277 226 940 GNF) à N’Zérékoré, parce que j’ai confiance au chef d’agence de N’Zérékoré. J’ai transféré le montant à N’Zérékoré, parce qu’il y avait des risques que l’argent soit payé à des personnes qui n’ont pas le droit. Il y avait des tensions à Conakry, notamment à chaque fois que le moment de la paie arrivait. Je suis devant vous ici tout simplement parce que j’ai engagé des réformes au sein de ce secteur de prévoyance sociale. On est en train de tromper le président de la Transition. A mon arrivée à la direction nationale de prévoyance sociale, j’ai trouvé des problèmes liés notamment à des fraudes. Par exemple, au mois de mars 2018, 24 pensionnés qui devaient être payés à 29 millions 740 mille francs guinéens, ce montant a été revu à la hausse. Ils ont été payés, au lieu de 29 millions 740 mille, à 317 millions de francs guinéens. C’est compte tenu de tous ces facteurs que j’ai engagé des réformes ; et, le chef d’agence de N’Zérékoré m’a beaucoup aidé dans ce sens. Si j’ai délocalisé le montant à N’Zérékoré, c’est parce que j’ai confiance au chef d’agence de N’Zérékoré », s’est défendu Dr Fodé Cissé.

De son côté, l’informaticien Fodé Sirakahata Bangoura a plaidé non coupable des faits de complicité de détournement qui pèsent à son encontre.

« Je ne reconnais pas les faits. Moi, c’est mon directeur général qui m’a donné des données Excel sur clé à traiter. Il s’agissait des numéros et titres des pensionnés. Il m’a donné des instructions de les compiler, les ordonner, enlever les doublons, c’est-à-dire des numéros et titres qui se répètent afin de faire un contrôle. C’est un fichier Excel qui contenait les numéros et titres des pensionnés des 5 Communes de Conakry et des préfectures à l’intérieur du pays. Moi, je ne suis qu’un simple informaticien à la caisse nationale de prévoyance sociale. Je ne suis pas directeur, je ne suis pas chef d’agence, je ne sais pas comment ça fonctionne en dehors de mon travail. Il m’a dit qu’il veut envoyer ces titres de pension à N’Zérékoré pour contrôle, à l’effet de savoir qui des pensionnés répertoriés sur cette liste est décédé et qui n’est pas décédé. Moi j’ai dit : pourquoi envoyer ces données à N’Zérékoré, pas Matam, si c’est un pour un contrôle ? J’ai réuni tous les éléments, je les ai traités comme on me l’a demandé de le faire », a déclaré Fodé Sirakahata Bangoura.

Finalement, la Cour a renvoyé le dossier au 20 juillet prochain pour les plaidoiries et réquisitions.

Mamadou Laafa Sow pour Guineematin.com

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS