Sommet de la CEDEAO : la réaction du nouveau président en exercice, Umaro Cissoko Embalo

Élu à l’unanimité de ses pairs de la CEDEAO, réunis ce dimanche, 03 juillet 2022, le président Bissau Guinéen devient aujourd’hui le président chef d’État lusophone à prendre la tête de cette institution sous-régionale. Après la passation de service avec son prédécesseur, le ghanéen Nana Akufu Addo, le nouveau président en exercice de la Communauté économique de l’Afrique de l’Ouest a répondu à quelques questions des journalistes.


« C’est un jour historique pour notre pays. La Guinée Bissau fait parti des pays fondateurs de la CEDEAO. Mais, c’est la première fois qu’un pays lusophone est porté à la présidence de cette institution. Cela montre la solidarité de tous les pays parce que c’est un soutien inanime, tous les chefs d’Etats ont fait confiance au plus jeune président de la sous-région. Cela montre que tout le monde est solidaire avec la Guinée Bissau », a indiqué le chef de l’État Bissau guinéen.

Interrogé sur ses priorités à la présidence de la CEDEAO, le nouveau chef de file d’Afrique de l’Ouest a rappelé que les décisions se prennent de commun accord.

« Il faut comprendre que je ne suis pas seul, le président en exercice ne prend pas les décisions seul. Il n’est que le représentant de tous les chefs d’Etat ; et, les décisions se prennent pendant les sommets », a-t-il répondu.

Pour les décisions prises le Mali, la Guinée et le Burkina Faso, Umaro Cissoko Embalo s’est réservé de tout commentaire, se contentant de rappeler qu’un communiqué final est en cours de rédaction.

Abdoulaye N’koya SYLLA envoyé spécial de Guineematin.com à Accra (Ghana)

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS