Violences meurtrières à Madina-Oula : Charles Wright fait une demande aux sages de Kindia

Environ une semaine après l’affrontement survenu le 28 juin dans la sous-préfecture de Madina-Oula, relevant de la préfecture de Kindia, le procureur général près la Cour d’appel de Conakry s’est rendu sur le terrain, ce lundi 4 juillet 2022. Mais avant, Alphonse Charles Wright a fait une escale dans la ville de Kindia, où il a eu une rencontre avec la notabilité. Le magistrat a mis l’occasion à profit pour demander aux sages de ne pas interférer dans le dossier judiciaire, rapporte un correspondant de Guineematin.com dans la préfecture.

C’est en compagnie des avocats généraux et d’autres membres de son parquet que le procureur général près la Cour d’appel de Conakry est arrivé ce lundi 4 juillet à Kindia. Alphonse Charles Wright a rendu visite aux 10 personnes blessées lors de l’affrontement entre des habitants de Sékhoussoriah et de Dar es-Salam (deux districts de la sous-préfecture de Madina-Oula), qui reçoivent des soins aux urgences de l’hôpital préfectoral de Kindia.

Après avoir apporté un soutien moral à ces blessés, il s’est rendu au domicile du grand imam de Kindia, Elhadj Mamoudou Camara, où étaient réunis les sages de la ville et le Kountigui (Patriarche) de la Basse Côte, Elhadj Sékhouna Soumah. Tout en les rassurant que la justice fera son travail, Alphonse Charles Wright a demandé aux sages de ne pas interférer dans la procédure judiciaire en cours, qui a conduit à l’arrestation de 26 personnes. Des personnes accusées d’être impliquées dans les violences meurtrières survenues à Madina-Oula.

« C’est une seule chose que je vous demande : ne demandez pas aux magistrats de libérer un fauteur. Car les gens que nous sommes en train d’arrêter sont vos fils, petit-fils, proches, connaissances. Si vous leur avez parlé et qu’ils ont refusé de vous écouter, laissez-nous maintenant gérer leur cas. Car nous avons entendu que les sages ont beau parlé dans le conflit de Madina-Oula, mais en vain. Pourtant, personne n’amènera une portion de terre dans sa tombe », a dit le magistrat.

Après cette rencontre, le procureur général près la Cour d’appel de Conakry et sa suite ont pris la direction de la sous-préfecture de Madina-Oula, où seront inhumées les deux personnes tuées dans les affrontements meurtriers du 28 juillet dernier. Des violences liées à un vieux conflit opposant des deux habitants de deux villages, qui se disputent la paternité d’un domaine agricole.

De Kindia, Mohamed M’bemba Condé pour Guineematin.com

 Tél. : 628516951

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS