Vol de 23 cartons d’herbicide : Ousmane Diallo et Facinet Bangoura relaxés par le tribunal de Dixinn

Poursuivis pour vol de 23 cartons d’herbicide, Ousmane Diallo et Facinet Bangoura ont été libérés hier, mercredi 13 juillet 2022, par le Tribunal de première instance de Dixinn, délocalisé à la mairie de Ratoma. La juridiction a estimé qu’il n’y a pas de preuves attestant que les deux jeunes sont coupables des faits mis à leur charge, a constaté un journaliste de Guineematin.com qui était sur place.

Cette affaire remonte au mois de juin dernier, lorsqu’un camion conduit par Mamadou Tahirou Bah, chauffeur, est tombé en panne, alors qu’il transportait plus de 300 cartons d’herbicide à l’intérieur du pays. Il s’est garé tout près de l’endroit où travaille Ousmane Diallo, qui est vigile. Ce dernier a proposé ses services au chauffeur pour veiller sur le véhicule la nuit. Les deux se sont entendus sur un montant de 20 000 francs que le chauffeur devait payer au vigile par nuit. La première nuit, Ousmane a assuré la garde du camion sans problème. Et la deuxième nuit, il était en compagnie de son ami, Facinet Bangoura, avec qui il a d’ailleurs partagé sa prime de garde.

Mais, le lendemain matin, l’apprenti de Mamadou Tahirou Bah a constaté la disparition de 23 cartons d’herbicide, dont la valeur est estimée à 23 800 000 francs guinéens. Informé, le chauffeur s’est rendu sur les lieux à 7 heures du matin. Il a constaté que le cadenas qui fermait la portière arrière du camion avait disparu. C’est ainsi qu’il a appelé Ousmane Diallo (qui était déjà rentré chez lui) au téléphone, sans succès. Mais, à 9 heures, Ousmane Diallo a rappelé le numéro, et la disparition des cartons d’herbicide lui a été signifiée. C’est ainsi qu’il s’est rendu sur les lieux où se trouvait le camion. Il a été interpellé et conduit au commissariat central de Nongo. Il a fait appel à son ami (Facinet Bangoura), qui a été également arrêté. Tous les deux ont été inculpés et placés en détention préventive.

Durant tout leur procès, les prévenus ont clamé leur innocence, assurant ne rien savoir de ce vol. Et à l’issue des débats, le ministère public a demandé au tribunal de les renvoyer des fins de la poursuite, puisqu’il n’y a aucune preuve qui démontre leur culpabilité. Le procureur a souligné qu’il n’y a eu aucune trace montrant que la porte arrière du camion a été forcée. Il a fait remarquer aussi que la clé du cadenas n’a pas disparu et qu’elle était à la portée de l’apprenti chauffeur, qui dormait dans la cabine du véhicule. Pour lui, « c’est comme si quelqu’un était venu ouvrir la porte tranquillement et repartir avec le cadenas. Et il n’y a eu aucun témoignage qui rapporte qu’on a vu Ousmane Diallo en train d’ouvrir la porte du camion ».

Abondant dans le même sens, Me Halimatou Camara, l’avocate de la défense, a indiqué qu’il n’y a pas d’éléments tangibles qui rattachent les prévenus au vol dont il est question. « J’estime que cette procédure est injuste contre ces deux personnes », a-t-elle déclaré, avant de demander la relaxe pure et simple de ses clients, en application de l’article 544 du code de procédure pénale.

Finalement, le juge a déclaré Ousmane Diallo et Facinet Bangoura non coupables du délit de vol et renvoyé les deux prévenus des fins de la poursuite pour insuffisance de preuves.

Mamadou Yaya Petel Diallo pour Guineematin.com

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS