Discussions autour du prix du pain : voici ce que les boulangers et la chambre de commerce ont décidé

Depuis quelques semaines, une hausse du prix du pain est constatée dans certaines parties de Conakry et dans la préfecture de Dubréka. Au lieu de 4500 francs (le prix officiel), certains vendent la miche de pain à 5000 francs. Et cette situation ne laisse pas indifférentes les autorités guinéennes. Le ministère du commerce, de l’industrie et des PME a demandé à l’Union nationale professionnelle des boulangers et pâtissiers de Guinée et la chambre de commerce, d’industrie et d’artisanat de Guinée de se retrouver pour se pencher sur cette situation.

Les deux parties se sont réunies hier, jeudi 15 juillet 2022, à Conakry, et ont décidé de mettre fin à cette augmentation unilatérale du prix du pain. C’est le président de l’Union nationale professionnelle des boulangers et pâtissiers de Guinée, Elhadj Alpha Oumar Sacko, qui l’a fait savoir dans un entretien qu’il a accordé à Guineematin.com, ce samedi 16 juillet.

Elhadj Alpha Oumar Sacko, président des boulangers


« On a été mandaté par le ministère du commerce d’aller rencontrer les autorités de la chambre de commerce. Les présidents des 5 communes de Conakry, le président préfectoral de Dubréka et moi-même, nous sommes partis les rencontrer hier. C’était pour échanger autour du prix du pain que certains boulangers ont décidé d’augmenter. A l’issue des discussions, on est convenus que le pain soit vendu aux prix officiels : 4 500 GNF pour la grande miche de pain et 2500 GNF pour la petite », a-t-il indiqué.

Pour veiller à l’application de cette décision, les participants à la réunion ont mis en place des commissions qui vont descendre sur le terrain. Leur mission consiste non seulement à contrôler le prix du pain, mais aussi celui de la farine. « Il a été constaté que dans la commune de Ratoma (Conakry) et dans la préfecture de Dubréka, certains commerçants ont augmenté le prix de la farine.

Au lieu de 360 000 GNF, ils vendent le sac de farine à 380 000 GNF ou 390 000 GNF. C’est pour cela que les boulangers aussi ont augmenté le prix du pain. Donc, on a été autorisés par notre ministère d’aller rencontrer ceux qui font cela pour qu’ils arrêtent. Toute personne que nous allons prendre en train de vendre la farine à un prix anormal, il va subir des sanctions », avertit Elhadj Alpha Oumar Sacko.

Mohamed Guéasso DORÉ pour Guineematin.com

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS