Labé : l’Université lance son projet « Etudiants Entrepreneurs » avec une sous-composante « enseignants-chercheurs »

Le secrétaire général du Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de l’Innovation, Dr Facinet Conté entouré du directeur général du bureau de stratégie et du développement du département a présidé, vendredi, 15 juillet 2022, la cérémonie de lancement du projet « Etudiants Entrepreneurs » initié par l’Université de Labé, à travers son service statistique, projets et planification.

L’événement était rehaussé de la présence du directeur général de l’Institut Supérieur de Technologie (IST) de Mamou, Dr Hamidou Barry ainsi que des consultants Alhassane Bah et Ousmane Barry, représentants du cabinet FIDIXUS, partenaire de l’Université de Labé qui ont pris part à la cérémonie, à travers une visioconférence.

Dans son souhait de bienvenue aux participants, le recteur de l’Université de Labé, Dr Mohamed Chérif Sow a commencé par faire observer une minute de silence suite au décès de la mère de Mohamed Siata Camara, chef du service maintenance de son institution. Décès survenu dans la matinée de ce vendredi, 15 juillet 2022 à Kindia.

Il a par la suite situé le contexte de la rencontre dans la salle de réunion du Rectorat remplie d’enseignants-chercheurs et d’étudiants ayant soumissionné à l’appel à projets lancé par l’Université de Labé.

Dr Mohamed Chérif Sow, recteur de l’Université de Labé

« Ce matin, c’est un grand honneur, un grand plaisir d’accueillir ce beau monde avec ces personnalités hôtes de notre système d’enseignement supérieur, de recherche scientifique et de l’innovation pour lancer ce projet qui est pour nous fondamental au sein de l’Université. L’initiative de ce projet est partie doublement de l’ambition d’instaurer la culture entrepreneuriale, culture projets, mais c’est aussi la prise en compte de l’ambition du Ministère d’implémenter ses innovations pédagogiques, ces compétences au niveau de couche estudiantine dont on sait que c’est aujourd’hui un frein majeur pour l’obtention d’un emploi. Nous n’avons donc pas voulu que ça reste simplement un slogan parce qu’aujourd’hui on parle beaucoup d’entreprenariat. Il faut qu’on ait des étudiants entrepreneurs. Mais pour cela encore faut il poser des actes allant dans ce sens. C’est pour cela nous avons maintenant dans notre projet d’établissement institué ces appels à projets à la fois pour les étudiants et pour les enseignants-chercheurs » a expliqué le recteur, Dr Mohamed Chérif Sow.

Il est revenu alors au chef du service statistique et planification de l’Université de Labé, Samba Camara, responsable du projet « Etudiants Entrepreneurs » de revenir largement sur le triple objectif de l’initiative.

Samba Camara, chef du service statistique, projets et planification de l’Université de Labé

« C’est de déverser sur le marché de l’emploi des entrepreneurs qui l’ont déjà appris non seulement en théorie mais aussi en pratique à l’Université. Il faut identifier des étudiants, les former, les encourager et les accompagner. Tenez-vous un étudiant qui reçoit un minimum de financement dès le départ qui commence son entreprise en classe, qui est suivi et accompagné au finish du cursus universitaire, nous sommes convaincus qu’il sortira comme entrepreneur pratiquant, pas bourré de théories. La théorie est bonne, mais quand tu pratiques aussi, c’est mieux. C’est grâce à la nouvelle dynamique imprimée par la nouvelle équipe. L’autre objectif, c’est développer la culture projet. Une université ne peut pas se développer en comptant seulement sur les ressources de l’Etat. Mais, aujourd’hui, à l’Université de Labé notre force de mobilisation des ressources internes est sensiblement égal à zéro. Sincèrement quand on vérifie les résultats, on n’aura pas peur de dire que c’est zéro, parce que moi je ne connais pas un projet obtenu ici grâce à une dynamique impulsée par le personnel enseignant auprès d’un partenaire pour mobiliser des ressources. Nous avons donc cette ambition de diversifier les sources de mobilisation des ressources tout en s’appuyant sur les objectifs fixés dans le projet d’établissement de l’Université, parce que c’est projet d’établissement a mobilisé l’ensemble du personnel de l’Université. Chacun y trouve son compte. Et à l’intérieur c’est bien mentionné, c’est vrai il faut le budget national de développement, mais à coté il faut les partenaires techniques et financiers », ajouté Samba Camara.

Avant cette date de lancement, un jury de 6 personnes avait déjà examiné et analysé les dossiers des différents étudiants porteurs de projets.

Hassimiou Diallo, président du jury, consultant spécialiste en développement communautaire

« Au total 46 dossiers ont été transmis au jury par le service statique, projets et planification de l’Université. Sur la base des critères de sélection indiqués dans un formulaire préalablement communiqué aux étudiants porteurs de projets, 20 dossiers ont été éliminés pour diverses raisons liées à la non-conformité avec les conditions de soumission. Deux (2) ont été réorientés au service statistique, projet et planification en raison de leur spécificité pour une prise de décision.

L’évaluation des 24 dossiers restants a été effectués sur la base de la méthodologie suivante : Analyse des dossiers par chaque membre du jury qui a attribué des points sur des fiches de notation individuelles distribuées à cet effet. Ces notes individuelles attribuées par chaque membre du jury ont été centralisées sur une fiche de synthèse comportant la moyenne obtenue dans l’ensemble des critères d’évaluation retenus », a expliqué le président du jury, Hassimiou Diallo, consultant spécialiste en développement communautaire.

C’est sur la base de cette moyenne que le classement suivant a été effectué, ajoute Idrissa Sampiring Diallo, journaliste et rapporteur du jury.

Idrissa Sampiring Diallo, rapporteur du Jury de sélection projets étudiants et projets enseignants

« Après examen et analyse des différents dossiers soumis à notre appréciation, nous parvenus aux résultats suivants. Le dossier qui a obtenu plus de notes est celui présenté par Mohamed Lamine Diallo qui a présenté un projet sur « la vente, investissement et prestation de service » à exécuter à Conakry. Il a obtenu 14, 92. Il est suivi de Mamadou Barry pour la « culture de pomme de terre » dans la commune urbaine de Labé, avec 14,12 ; Ibrahima Sory Diallo « création d’un centre informatique à Hafia, collectivité rurale abritant l’Université de Labé, pour 14, 11 ; N’vally Camara, « transformation et commercialisation de produits agricoles » à Hafia pour 13,87 ; Richard Sagno, « conception d’une plateforme e-commerce » à Conakry pour 13,71 ; M’makassia Douno, « culture de gengimbre » à Pilimini, dans la préfecture de Koubia qui a obtenu 13,63 ; Siba  Guilavogui, « création d’un jardin potager » à Hafia pour 13, 04 ; Abdoulaye Diallo, « Guide Prestations de Services » dans la commune urbaine de Labé pour 12,29 ; Karifa Camara, « unité de transformation d’arachides » à Beyla pour 12 ; Fodé Diaré, « production de savon » à Siguiri pour 11,45 ; Marie Madeleine Théa, « pâtisserie-restauration » à Hafia pour 11,21 ; Mamadou Oury Baldé, « implantation d’une unité de transformation de noix d’anacardes » dans la commune rurale de Sangarédi pour 10,96 et enfin, Gaston Béavogui, « commercialisation de l’huile de palme » à Labé pour 10,83. Ce sont les 13 dossiers qui ont obtenu la moyenne requise parce que c’était noté sur 20. Ce sont ces 13 dossiers qui, à nos yeux, pouvaient bénéficier justement de la subvention annoncée par l’Université de Labé », a proclamé Idrissa Sampiring Diallo, au nom du jury « Etudiants Entrepreneurs ».

En lançant officiellement ce projet au nom de la ministre de l’Enseignement Supérieur, de la Recherches Scientifiques et de l’Innovation, le secrétaire général du département, Dr Facinet Conté a déclaré que l’institution universitaire de Labé a compris les enjeux du moment et a remercié le recteur pour cela.

Dr Facinet Conté, Secrétaire Général du ministère Enseignement Supérieur

« Il n’y avait pas assez d’engouement dans nos universités. Nos enseignants, au-delà de leurs cours, n’avaient rien à faire. Aujourd’hui ce concept de projets que vous nous amenez dans nos institutions va permettre aux enseignants, dans un premier temps, de mieux s’épanouir. Mais, ensuite, de nous aider à mettre dans l’esprit des jeunes qu’on peut travailler pour soit et gagner sa vie. On peut travailler pour soit et participer à l’effort national de création de richesses nationales. Vraiment, vivement ce projet », a-t-il insisté.

Depuis Labé, Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 622 269 551 & 657 269 551 & 664 46 71 71

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS