Menteur, incompétent, déloyal… les avocats de Kassory et Cie brocardent le procureur de la CRIEF

La défense de Kassory Fofana et des autres anciens hauts cadres du régime Alpha Condé en conflit avec la loi répond au parquet spécial près la CRIEF (Cour de répression des infractions économiques et financières). Au cours d’une conférence de presse qu’ils animée ce samedi 16 juillet 2022, les avocats des inculpés ont démonté les arguments brandis par Aly Touré et son équipe. Ils dénoncent des mensonges et de l’amateurisme dans la conduite des procédures concernant leurs clients.

La bataille médiatique se poursuit entre le parquet spécial de la CRIEF et les avocats de l’ancien Premier ministre guinéen, Ibrahima Kassory Fofana, l’ancien président de l’Assemblée nationale, Amadou Damaro Camara, ainsi que d’autres anciens ministres et hauts cadres de l’Etat, poursuivis pour détournement de deniers publics et corruption, entre autres. Au lendemain de la conférence de presse animée hier par le procureur spécial, Aly Touré, et ses substituts, les avocats de la défense se sont aussi fait entendre devant les médias, ce samedi 16 juillet, à Conakry. Ils relèvent notamment des mensonges et de l’incompétence dans la démarche du procureur spécial près la CRIEF.

Me Mamadou Ismaël Konaté, avocat de Dr Kassory Fofana

« Nous avons vu hier, non pas un procureur spécial, mais un géo-magicien, prestidigitateur et un illusionniste qui a non seulement l’inconvénient d’apparaître dans sa profession, dans une posture d’une incompétence notoire (c’est rare de voir ça chez les procureurs, et surtout les procureurs spéciaux), en même temps, il n’est pas tout à fait à l’aise lorsqu’il faut parler vrai. Il opte pour le mensonge, et le mensonge souvent éhonté. Autre élément qui le caractérise, c’est qu’il n’est pas loyal. Il fuit le débat et va animer le débat judiciaire devant vous les journalistes.

Il a ouvert son dossier d’information devant vous tandis que nous, nous étions devant les juges hier à deux pas. Vous savez, un menteur ne peut ni apparaître ni comparaître devant les gens qui peuvent le pointer qu’il est un menteur. Il a dit hier éhontement que le ministre Damantang a vu ses biens saisis, le procureur spécial l’a dit, il ment. Il ment d’autant bien que le ministre Damantang n’est propriétaire d’aucun bien immobilier ici. Qu’est-ce qu’on va aller saisir ? », s’interroge Me Mamadou Ismaël Konaté, ancien ministre de la justice du Mali et membre du collectif des avocats de Kassory Fofana et Cie.

Parlant du cas spécifique de l’ancien Premier ministre d’Alpha Condé, l’avocat malien soutient que les accusations le visant sont complètement fausses. Selon lui, les 46 millions de dollars que le parquet spécial de la CRIEF l’accuse d’avoir détourné n’ont même pas existé. « Hier pendant 3 heures d’audience, nous avons eu le substitut du procureur qui nous parle de 46 millions de dollars, il n’a pas osé être très précis sur le chiffre. Vous savez d’où viennent ces 46 millions ? On a jamais eu ce montant, ni dans le supplétif, ni dans l’enquête, ni dans les débats. 46 millions de dollars, c’est le montant que les bailleurs de fonds sollicités par le Premier ministre de l’époque ont promis dans le cadre de la MAMRI.

Vous avez la BAD, le Fonds monétaire international, la Banque mondiale, la coopération française, la coopération canadienne… tous réunis ont dit que nous, nous avons l’intention de doter la MAMRI de 46 millions de dollars. Mais l’offre d’une part, la réception du fonds et son utilisation d’autre part, sont trois étapes différentes que le procureur n’est pas capable de détecter avec ses yeux. Dans les 46 millions de propositions de paiement, il n’y a pas un seul rond de payé. Je vous parle sous le couvert des informations qui résultent de l’État de Guinée. Et ces informations sont vérifiables au trésor public », a-t-il dit, ajoutant que « le procureur spécial a menti » en disant que ce montant de 46 millions de dollars figure dans le rapport de l’inspection d’Etat sur la MAMRI.

Et en ce qui concerne les 81 milliards de francs guinéens que Kassory Fofana est accusé d’avoir décaissés sans justifier leur destination, Me Mamadou Ismaël Konaté précise que ce fonds relève du budget de souveraineté du Premier ministre. Un budget voté par l’Assemblée nationale et attribué au chef du gouvernement, et dont il n’a pas à justifier l’utilisation. « Le Premier ministre est appelé à plusieurs situations de la vie qui demandent à débourser de l’argent, il ne peut pas venir prendre tous les jours dans la caisse de l’État pour faire face à cela. C’est pourquoi on a accepté de lui attribuer des fonds votés légalement en tant que budget de l’État par l’Assemblée nationale », a souligné l’avocat.

Malick Diakité pour Guineematin.com

Tel : 626-66-29-27 

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS